Les trackers

Crédit : stock.adobe.com

Publié le , mis à jour le

Pour les passionnés de [a[bourse]a] et les investisseurs soucieux de dénicher des supports audacieux, il existe ce qu’on appelle les trackers ou ETF (exchange traded funds). Il s’agit de [a[fonds]a] indiciels cotés (CAC 40, Nasdaq, Nikkei, indices sectoriels : [a[immobilier]a], énergie, santé, assurance, télécom,….) comme les actions. Explication.

2Bourse : Comment fonctionnent les trackers ?2

Coté en [a[Bourse]a], le cours du tracker varie en fonction de l’évolution de l’indice de référence sur lequel il porte. A Paris, le Master CAC 40 Unit, qui représente l’indice du CAC 40, est l’un des plus actifs du marché.
Un tracker s’achète comme une action en passant un ordre de Bourse. Les transactions peuvent s’effectuer « au comptant » ou au « service à règlement différé » (SRD). Au SRD, il suffit de détenir 25 % du montant de l’ordre sous forme de dépôt de garantie. Un tracker peut figurer dans un [a[PEA]a] si l’indice de référence porte sur les actions françaises et européennes.
Un tracker peut distribuer un dividende tout comme une action.

2Trackers : Quels sont les frais ?2

En plus d’être simples et performants, ces produits boursiers offrent d’autres avantages : Il n’y a ni frais d’entrée, ni de sortie.
Contrairement aux [a[SICAV]a] et [a[FCP]a] traditionnels, la rémunération des émetteurs se fait grâce grâce aux gains réalisés lors des achats-ventes.

Le coût des transactions correspond aux frais de courtage boursier classique. Toutefois, les trackers entraînent des frais de gestion de l’ordre de 0,5 % de l’encours du [a[fonds]a].

2Trackers : Pour quelle fiscalité ?2

les trackers sont des [a[OPCVM]a], leur fiscalité est donc identique aux [a[sicav]a], [a[FCP]a] et aux actions.
- Les plus-values réalisées lors d’un [a[rachat]a] ou d’une vente de parts sont exonérées d’impôt si les cessions d’excèdent pas 25 830 € par an.
En cas de dépassement du plafond, le taux d’imposition sur les gains est de 30.10% (12,10% de [a[prélèvements sociaux]a]).
- Les dividendes versés sont soumis au barème progressif de l’impôt sur le revenu, mais ouvre droits a un [a[crédit]a] d’impôt et bénéficie d’un abattement de 40%, puis d’un déduction de 1525e pour les célibataires et de 3050 € pour les couples mariés.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.