Les Certificats

Crédit : stock.adobe.com

Publié le , mis à jour le

Vous avez le goût et de l’intérêt pour la spéculation boursière, les certificats sont peut-être un produit taillé pour vous ? Il s’agit de valeur mobilière cotée, émise pour une durée fixe et dont le remboursement à l’échéance s’effectue selon des modalités de calcul fixée à l’avance, lors de l’émission. Explication.

2Certificats : Qu’est-ce qu’un certificat ?2

Les certificats ressemblent aux obligations dans la mesure où la durée de cotation est connue dès le départ, le plus souvent elle est d’une année. Les certificats sont cotés en continu (de 9h30 à 17h30) et comportent un remboursement à l’échéance. A l’inverse des obligations et des actions, les certificats sont émis par un établissement financier qui en assure la liquidité, c’est-à-dire une fourchette de prix acheteur/vendeur tout au long de chaque séance boursière et ce pendant toute la durée de vie du certificat.

Les certificats peuvent porter sur un indice de marché (CAC 40, SBF 120 et SBF 250), une action, un portefeuille d’actions voire des matières premières. La cotation des certificats suit la valeur (sous-jacent) sur laquelle ils sont émis.

2Certificats : Qui émet des certificats ?2

Il peut s’agir de banques et d’entreprises. L’accord d’une société n’est pas nécessaire pour émettre un certificat sur son action.
Quelles les différentes catégories de certificats ?
On distingue deux grandes catégories de certificats : les certificats d’investissement qui ont un cours facile à définir car peu sensibles au temps et à la volatilité des marchés. Dans cette catégorie, existent les :

- Certificats « 100 % » qui suivent le cours de la valeur (indice, action,..) sur laquelle ils sont émis. Des produits simples qui permettent de suivre à la hausse comme à la baisse les supports indexés et ce avec une faible mise de départ ;
- Certificats « 100 % bear » qui permettent de faire une plus-value lorsque la valeur suivit baisse. Ils comportent un seuil à la hausse au-delà duquel la valeur du certificat est nulle ;
- Certificats « discount » qui permettent d’investir sur un support avec un rabais direct par rapport à la valeur du dit support. Le gain espéré est toutefois limité car le certificat comporte une valeur de remboursement maximum. En cas de baisse, le discount consenti au départ permet d’amortir les pertes éventuelles ;
- Certificats « bonus » permettent d’obtenir un rendement minimum garanti tant que le cours de la valeur suivi ne baisse pas au-delà d’un niveau défini lors de l’achat du certificat ;
- Certificats « jet » permettent de doubler de manière permanente la performance du sous-jacent tant que le cours de celui-ci reste dans l’intervalle de deux bornes, supérieure et inférieure. En cas de baisse sous la borne « basse » du support, la perte est identique à celle qu’elle aurait été si le support avait été acheté en direct. A l’inverse, en cas de dépassement de la borne « haute », la performance est meilleure que lors d’un achat directe car l’investisseur bénéficie du doublement de la progression jusqu’à la borne haute auquel s’ajoute l’écart de cours entre cette borne et le cours du support.
L’autre catégorie de certificats est celle des certificats à effet de levier. Plus risqués mais au rendement plus élevés. Il s’agit des :
- Certificats « capés » qui permettent de dynamiser son portefeuille en pariant sur une faible hausse ou sur la stabilité du cours du support sur lequel ils sont émis. Il y a une borne haute et basse d’un écart de 200 points, équivalent au prix maximum de remboursement du certificat, c’est-à-dire 200 €. Le gain maximum est connu dès le départ : la différence entre le prix d’achat du certificat et 200 €. Quant à la perte maximale elle est égale au prix d’achat du certificat ;
- Certificats « floorés » qui permettent de parier sur une petite baisse ou sur une stabilité du cours du support sur lequel ils sont émis. Ils disposent de deux bornes (haute et basse) et une performance maximum connue à l’avance. C’est le passage sous la borne basse qui déclenche le gain maximum. Le passage sous la borne haute entraîne quant à elle une perte.

2Certificats : Quels sont les frais ?2

Les frais sont ceux pratiqués lors des courtages boursiers sur le marché des actions. Ils peuvent variés en fonction de votre courtier. N’oubliez pas de comparer les prix !

2Certificats : Quelle fiscalité ?2

La fiscalité varie selon si le certificat est remboursé ou s’il est vendu avant. En cas de remboursement, la plus-value est déterminée par al différence entre la valeur de remboursement et le prix d’achat. Vous êtes soumis au prélèvement forfaitaire libératoire de 30,1 % (dont 12,1 % de prélèvements sociaux). En cas vente avant l’échéance, la fiscalité est de 30,1 % lorsque le total des cessions de valeurs mobilières de l’année dépasse 25 730 euros.

2Certificats : Quelques conseils ?2

Optez pour les certificats si seulement vous êtes intéressés par la spéculation boursière et si vous êtes prêt à suivre les cours des valeurs de manière régulière. Il est par ailleurs nécessaire de ne pas avoir une aversion totale au risque pour investir dans de tels produits. Enfin, n’oubliez pas que vous pouvez acheter des certificats dans le cadre de votre Plan d’épargne en actions (PEA).

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.