Lazy investing (investissement paresseux) : comment gagner en bourse en ne faisant pratiquement rien ?

Pour gagner en bourse, être fainéant peut être un avantage. En effet, sur les marchés actions, le temps joue en votre faveur. Décryptage du lazy investing, ou comment gagner en bourse tout en restant paresseux. Attention toutefois aux pièges de cette méthode simpliste, réservée aux novices en bourse.

Publié le , mis à jour le

Publicité

OFFRE BOURSE DEGIRO

 Lazy investor, investisseur passif

Être un "lazy investor", un investisseur paresseux, c’est tendance depuis quelques années. Les blogs vaguement financiers n’en finissent plus sur ce sujet vieux du "Lazy investment", vieux comme la crise boursière de 1929. Cela n’a absolument rien de nouveau, mais tout le monde en parle. Un éclairage d’un lazy boursicoteur s’étant fait rincé en 2000 et 2008 semblait donc nécessaire. Certains lazy investors pourraient en effet se réveiller, à l’approche de leur retraite, avec une valorisation de leur portefeuille boursier pas véritablement à la hauteur espérée.

 Les idées simples ne sont pas toujours les meilleures

L’idée est simple. Afin de gagner en bourse, il ne faut pas être sous la contrainte d’un horizon de placement. C’est à dire ne pas être certain d’être en plus-values à un date donnée. Si vous investissez régulièrement, sans vous soucier de l’évolution des marchés financiers, votre portefeuille sera en plus-values, au bout d’un certain temps... Ou plutôt d’un temps certain, que personne ne peut connaître par avance. Ce n’est pas la méthode d’investissement la plus performante en bourse, mais pour les novices en bourse, de loin la plus simple.

 Stratégie la plus simple : investir régulièrement

Cette stratégie du paresseux, dite de la brute, du bourrin ou encore de l’éléphant dans les salles de marché, a l’avantage de n’impliquer aucune décision de la part de l’investisseur, durant toute sa période d’épargne. Ce dernier investit toujours la même somme, régulièrement, par exemple tous les mois, 200€. Ainsi, que les marchés soient haussiers ou baissiers, peu importe. C’est en jouant sur un prix moyenné que l’investisseur paresseux pense tirer son épingle du jeu. Votre courtier vous dirait qu’en cas de marché haut perché, pour 200€ vous achetez moins de papier (de titres), et qu’en cas de marché baissier, vous en achetez plus (puisque les cours ont chuté, pour 200€, vous en avez donc plus). C’est évidemment qu’une vue purement financière, puisque le lazy investor se moque des cours. Son prix de revient est moyenné, à chacun de ses versements. Et ce n’est donc évidemment pas optimal... Puisque il continue d’investir même dans un marché haussier si son prix moyen d’acquisition est dépassé. Les traders du Sud-Ouest parlent dans ce cas de bourdasses, moyenner son prix de revient à la hausse. Pas glop.

 Et ce jeu s’arrête quand ?

Quelques années plus tard, notre investisseur paresseux, en surpoids d’une dizaine de kilos, songe à se retirer de ce monde actif, trop épuisant à son goût. L’heure de sa retraite est proche de sonner. Avant sa prise de bénéfices, il devra cesser d’investir afin de pouvoir retirer son capital. Car ne l’oublions pas, l’objectif est bien de réaliser des plus-values à terme. Il pourra alors effectuer le contraire, à savoir, désinvestir de façon régulière, afin de ne toujours pas avoir à prendre de décision. Là encore, ce ne sera pas la meilleure méthode, mais de loin, la plus simple pour le cerveau de notre investisseur grassouillet.
Attendre des conditions de sorties favorables. Il faudra donc choisir le bon moment pour liquider son portefeuille. Et surtout avoir le temps d’attendre une période favorable ! Et c’est bien là que le problème de cette méthode d’investissement se pose. Et si les marchés financiers chutent pendant 20 mois alors que je souhaitais retirer mon argent pour aller bronzer aux Bahamas ? Et bien non. Tu iras ramasser des châtaignes en Ardèche... Avec tes retraits mensuels de 200€ par mois de ton portefeuille boursier :)

 Avantages/inconvénients du lazy investment

👍 Les plus de l’investissement régulier en mode fainéant ? L’investisseur ne se soucie pas de l’évolution des marchés financiers. Les mouvements erratiques des indices ne le font pas frémir. Il s’en moque. Au contraire. Les baisses de marché le rassurent, il sait qu’il investit à moindre prix, c’est bon pour les années à venir. Les hausses de marché le rassurent, la valorisation de son portefeuille grimpe. Bref, une usine à autosatisfaction cette méthode, tant que l’on ne regarde pas trop dans les détails.

👎 Les moins du lazy investing ? Ce n’est pas une méthode très performante (loin de là même), et les conditions de sortie sont délicates. En bourse, la décision de vente fait aussi la différence. Et comme l’investisseur, en utilisant cette méthode, ne souhaite prendre aucune décision, ce n’est pas gagné :). Enfin, le lazy investor ne mise au final que sur une évolution positive des marchés. A-t-il entendu parler de 1929, 2000, de 2008 ? Notre compère ne profite pas pleinement des phases baissières des marchés. Les ETF short (positions vendeuses à découvert), cela n’est pourtant pas fait pour les chiens. Et les positions Long/short ? Mais enfin, arrête toi ! Tu es un vrai diablotin !

 Lazy investing, ok, ok, mais sur quels actifs, quels fonds ?

C’est tendance, les ETF sont moins chers. Attention, les ETF sont des fonds, comme les autres, donc ils peuvent faire faillite aussi bien que n’importe quel fonds. Ce n’est pas parce qu’un ETF est indexé sur le CAC40 qu’il ne peut pas faire faillite ! Mais bon, c’est le risque d’un placement boursier, sinon tu as le livret A si tu ne souhaites pas prendre de risque :)

Mais sur quels actifs investissent les investisseurs fainéants ? Là encore, pas vraiment d’intérêt. On s’en moque. Il suffit de choisir un 2 ou 3 ETF de type généraliste, MSCI World Index (Morgan Stanley), d’une grande société de gestion et c’est parti. Le support n’a pas vraiment d’importance, du moment que les dividendes sont bien pris en compte. A ce sujet, donc surtout pas du CAC 40 !

Evitons les sujets qui fâchent ! L’indice CAC40 le plus connu est hors dividende. Ce qui veut dire qu’il n’a absolument aucun intérêt pour l’investisseur. Les gains en bourse, sur le long terme, sont produits par les dividendes versés, et non pas par la variation des cours de bourse. De toute façon, en étant un lazy investor, vous vous moquez des cours de bourse. Donc investir sur des ETF ne tenant pas compte des dividendes, vous êtes un peu près certain de faire du 20% sur 10 ans... C’est à dire du 2% par an. Une misère pour la prise de risque... Prenez une SCPI et vous aurez du 5% par an, sans rien faire, avec des risques moindres !

 Répartition idéale pour un investissement bourrin

Un ETF MSCI World Index est bien, mais la plupart exclus les marchés émergents. Rappel pour les novices, la Chine, en phase de devenir la première puissance économique mondiale est classée dans les marchés émergents. Et l’OR ? Le pétrole ? Pourquoi pas. Prenez ce qui vous fait plaisir, cela n’a aucune importance.

Portefeuille de base d’un investisseur paresseux, peu connaisseurs des marchés financiers :

  • 75% ETF MSCI World Index (sans marchés émergents)
  • 15% ETF Emarging Markets
  • 5% ETF matières premières

 Portefeuille type pour un PEA

Si tu ne souhaites pas confier 30% de tes gains à l’Etat, tu peux investir via un PEA. L’avantage étant que ta rente viagère sera nette d’impôt, et aux Bahamas, lors des soirées cocktails, cela fera toute la différence quand tu parleras fiscalité avec tes amis. Et contrairement à ce que tu crois, tu peux investir sur des actifs du monde entier sur un PEA. Les gestionnaires d’actifs malins trouvent toujours les solutions.
Répartition

  • 75% Lyxor PEA monde (risque de change sur USD).
  • 20% Lyxor Emerging PEA
  • 5% matières premières (Or, argent ou cuivre ou autre, peu importe)

 Portefeuille type pour un PER

Et c’est là que l’on voit que tu n’es pas aussi largué que ta lecture de cet article le laisse supposer. Le PER, plan épargne retraite, te permet de réduire tes impôts tout en te constituant ce capital du lazy investor. C’est l’Etat qui finance en partie ton capital... De quoi te faire avaler le fait de moyenner à la hausse ton prix moyen de revient à l’achat. La répartition d’actifs reste la même, après faut dénicher le PER suffisamment équipé, mais les PER proposant des ETF existent. Ouf !

comparatif bourseMatières premières

Avis

Une remarque, un témoignage, une question ?

À lire également

Les ordres de bourse

Ordres de bourse : Vous souhaitez acheter, vendre ... Un instant, il est important de penser à la formulation de l’ordre (...)

Actions : la chasse aux idées reçues

Acheter ou vendre des actions ne s’improvise pas. Les marchés boursiers sont une anticipation des résultats à venir. Il faut donc bien les comprendre (...)

PEA : le plan d’épargne en actions

Vous souhaitez détenir des actions dans une enveloppe juridique et fiscale protectrice afin de vous constituer et de gérer un portefeuille, cela (...)