Euro / Dollar : l’euro revient-il trop fort ?

Crédit : stock.adobe.com

Publié le

Euro / Dollar : l’euro passe la barre des 1,35 dollar

La question de l’euro fort alimente les débats économiques depuis maintenant plus d’une décennie. Mais avec la crise de la dette européenne, les taux de change de la monnaie unique, notamment par rapport au dollar, étaient redescendus. Le débat ressurgit aujourd’hui avec la remontée spectaculaire de l’euro qui a franchi la barre des 1,35 dollars mercredi matin.

"L’euro est trop haut par rapport à ce que l’économie européenne est en droit d’attendre", s’est inquiété hier le ministre du redressement productif, Arnaud Montebourg, lors d’une conférence de presse.

"Nous sommes attentifs à cette question qui est débattue au sein de l’Eurogroupe et qui fait l’objet de toute l’attention du président de la République, du Premier ministre et du gouvernement français", a-t-il ajouté.

EADS, principale victime de l’euro fort ?

Encore une fois, ce sont les exportations qui sont en premières lignes face à la montée de l’euro. Un vrai problème pour l’économie française qui lutte contre le déséquilibre de son commerce extérieur depuis plusieurs années.

L’entreprise EADS devrait être particulièrement touchée par cette remontée de l’euro face au dollar. Un coup d’arrêt pour le groupe aéronautique qui espérait profiter des déboires actuels de son concurrent Boeing.

En cause, le statut particulier de l’entreprise qui facture ses avions en dollars mais doit ensuite effectuer son exercice comptable en euro. Le coût de change est énorme pour l’entreprise, et la moindre variation positive du taux de change euro/dollar impacte les résultats de l’entreprise.

Il y a un an, Louis Gallois, alors président d’Airbus rappelait qu’une baisse de dix centimes du dollar par rapport à l’euro représentait une perte nette de plus d’un milliard d’euros pour le constructeur.

L’euro fort a des avantages...

Cependant, l’euro fort n’a pas que des inconvénients. Il diminue le coût des importations libellées dans d’autres monnaies et donne une capacité d’investissement financier importante.

En diminuant le prix des importations l’euro fort diminue les coûts de production des entreprises. Une diminution largement compensé pour les entreprises exportatrices par l’augmentation mécanique de leurs prix.

Cependant, il faut nuancer l’impact de la hausse de l’euro sur les exportations en rappelant que la majorité des exportations françaises se font au sein de la zone euro et ne sont donc pas impactées par les variations de la monnaie unique.

Pourtant, vu la situation actuelle de l’économie française et de son industrie exportatrice, ce regain de la monnaie unique tombe au mauvais moment et pourrait aggraver une situation déjà très compliquée.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.