Tournée vers la Catalogne, la Bourse de Paris reste en retrait (-0,11%)

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

Tournée vers la Catalogne, la Bourse de Paris reste en retrait (-0,11%)

A 09H10 , l’indice CAC 40 refluait de 6,04 points à 5.359,79 points. La veille, il avait fini en très légère hausse de 0,11%.

"Personne n’est en mesure de savoir à quoi aboutira la session du Parlement catalan et quelle sera la réaction ensuite des investisseurs", a observé Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.

"Ce qu’on peut dire toutefois, a-t-il ajouté, c’est que les investisseurs, notamment américains, semblent avoir compris que la crise constitutionnelle en Espagne est un phénomène très localisé qui n’a rien à voir avec les enjeux économiques" liées à la crise grecque.

"Enfin, il est probable que le départ de Barcelone" annoncé par plusieurs grandes sociétés membres de l’indice madrilène Ibex (Caixa Bank, Banco de Sabadell et Gas Natural) "a permis de rassurer les investisseurs les plus fébriles", a-t-il poursuivi.

L’Espagne et l’Union européenne s’attendent mardi à une possible déclaration d’indépendance de la Catalogne, l’une des plus riches régions du pays, et son engrenage de rupture vis-à-vis de Madrid aux conséquences incalculables.

La question cruciale est de savoir si le président séparatiste Carles Puigdemont va déclarer unilatéralement l’indépendance de sa région comme il menace de le faire, temporiser ou faire machine arrière, lors d’un discours devant le parlement catalan qui débutera après la fermeture des marchés européens à 18H00 (16H00 GMT).

Comme l’a souligné David Madden, un analyste de CMC Markets, "la Catalogne se situe au nord-est de l’Espagne mais aujourd’hui elle sera au centre de l’Europe".

Pour M. Dembik, outre la Catalogne, "le risque politique refait parler de lui" avec également "la décision attendue "de DonaldTrump à propos de l’accord avec l’Iran. Toutefois, l’impact réel sur le marché reste encore très limité".

Selon des sources concordantes interrogées par l’AFP, le président américain, qui juge que le pays ne respecte pas "l’esprit" de l’accord nucléaire, devrait annoncer cette semaine qu’il ne le "certifie" pas.

- LVMH en tête du CAC -

Du côté des indicateurs, la production industrielle française s’est repliée de 0,3% en août. L’Allemagne a pour sa part enregistré un nouvel excédent commercial pour le même mois.

La journée verra également se réunir les ministres des Finances de l’Union européenne au Luxembourg, tandis que les assemblées annuelles du FMI (Fonds monétaire international) et de la Banque mondiale débuteront.

Sur le terrain des valeurs, LVMH prenait la tête du CAC 40, profitant (+2,33% à 237,60 euros) d’une publication supérieure aux attentes avec des ventes trimestrielles dépassant les 10 milliards d’euros et le maintien depuis le début de l’année une croissance à deux chiffres grâce à l’ensemble de ses divisions.

Dans son sillage, le groupe de luxe Kering occupait la deuxième place avec une hausse de 1,64% à 350 euros.

Carrefour était pour sapart dynamisé (+1,31% à 17,06 euros) par un relèvement de sa recommandation à "acheter" par Natixis.

Vinci reculait de 0,42% à 80,12 euros après avoir remporté un contrat au Canada, au côté du groupe local Macro, pour le doublement d’un oléoduc de 85 km en Colombie-Britannique, dans le cadre du projet Trans Mountain Expansion Project (TMEP).

Total perdait 0,35% à 45,39 euros. Le groupe et les autorités guinéennes ont annoncé que le groupe pétrolier et gazier français allait évaluer le potentiel en hydrocarbures au large de la Guinée.

abx/fka/nth

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.