Submergée par les résultats, la Bourse de Paris monte prudemment (+0,42%)

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

Submergée par les résultats, la Bourse de Paris monte prudemment (+0,42%)

A 10H01 , l’indice CAC 40 gagnait 21,97 points à 5.212,14 points. La veille,il avait fini en hausse de 0,56% à 5.190,17 points.

"Ce jeudi, jour de publication habituellement dense, est aussi le dernier du mois, avant de nombreux départs en vacances dans les états-majors des entreprises en août. Mais une telle concentration de publications est assez inédite,une tendance qui se renforce d’ailleurs depuis quelques années", a souligné dans une note le courtier Aurel BGC.

"La séance du jour est la plus chargée en matière de publications de résultats en Europe depuis que l’auteur de ces lignes travaille dans la finance", a même ajouté l’unde ses analystes.

"Après la Fed hier soir, qui n’a pas du tout fait réagir les marchés américains, les investisseurs auront le loisir de se concentrer" sur les résultats européens, "mais généralement, les indices actions varient peu lors des journées les plus chargées en publications", a-t-il observé.

Sans surprise, la Fed a en effet maintenu les taux d’intérêts inchangés mercredi au regard de la fragilité de l’inflation mais elle a toutefois prévenu qu’elle réduirait bientôt son portefeuille d’actifs. Cette décision a aussitôt affaibli le dollar.

Du côté des indicateurs, le moral des consommateurs allemands (baromètre GfK) devrait continuer à s’améliorer en août.

Les crédits au secteur privé en zone euro et outre-Atlantique les demandes hebdomadaires d’allocation chômage ainsi que les commandes de biens durables en juin sont aussi au programme.

Sur le terrain des valeurs, la cote parisienne faisait le grand écart entre de bonnes et de mauvaises surprises.

Airbus était pénalisé (-3,48% à 72,05 euros) par un bénéfice net en baisse de 17%, dans un contexte de difficultés persistantes avec la motorisation de sa nouvelle version de l’A320.

Schneider Electric bénéficiait (+4,84% à 69,30 euros) d’un relèvement de ses objectifs pour 2017 après une reprise plus forte qu’attendu de l’activité au premier semestre sur ses principaux marchés, et a annoncé de nouvelles mesures dans sa branche Infrastructure, structurellement la moins rentable.

Orange montait de 2,37% à 14,67 euros. Le groupe de télécoms a publié un bénéfice net en repli de 75%, à 830 millions d’euros, du fait d’un élément de comparaison défavorable, dû à la cession de sa participation dans l’opérateur britannique EE l’année précédente, mais a confirmé ses objectifs.

Dassault Aviation profitait (+5,12% à 1.263,15 euros) d’un bénéfice net consolidé au premier semestre en hausse de près de 64%.

Ipsos perdait 4,95% à 31,19 euros, pénalisé par un bénéfice net part du groupe en recul de 40% au premier semestre et la révision à la baisse de son objectif de croissance du chiffre d’affaires pour 2017.

Technicolor plongeait de 16,32% à 3,21 euros, pénalisé par une perte doublée au premier semestre après avoir publié trois avertissements sur ses objectifs cette année.

Suez reculait de 2,31% à 15,63 euros, lesté par un bénéfice net en chute de 74,1% en raison des charges du plan de transformation du groupe, malgré la confirmation de ses objectifs annuels.

JCDecaux gagnait 2,86% à 29,70 euros. Le groupe a publié un bénéfice net part du groupe en baisse de 7,8% au premier semestre après la prise en compte de charges de dépréciation.

LVMH perdait 1,33% à 215,10 euros. Le groupe a enregistré un bénéfice net en hausse de 24% au premier semestre, à 2,12 milliards d’euros, mais s’est dit "prudent" pour la seconde partie de l’année.

Casino refluait de 3,45% à 53,10 euros, emporté par un bénéfice net au premier semestre tombé à 48 millions d’euros contre 2,58 milliards d’euros l’an dernier.

Solocal décrochait de 7,37% à 0,96 euros. L’héritier des annuaires téléphoniques PagesJaunes a annoncé abaisser ses objectifs sur l’exercice malgré un premier semestre marqué par un bénéfice net qui s’envole à 306 millions d’euros, grâce à un gain net provenant de la restructuration de sa dette.

Vallourec bénéficiait (+2,80% à5,50 euros) d’une perte nette au premier semestre réduite par rapport à la même période de 2016, et du relèvement de son objectif annuel d’amélioration de son excédent brut d’exploitation.

Imérys s’enfonçait de 8,09% à 74,07 euros, en raison de résultats inférieurs aux attentes. Le groupe a publié des résultats semestriels en hausse, soutenus par des marchés mieux orientés.

abx/fka/tho

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.