Privatisation d’ADP (ex Aéroports de Paris) : mal en point, la société ne sera pas privatisée avant au moins 2022

Crédit : stock.adobe.com

Publié le

 Privatisation d’ADP

"Aller céder un actif au moment où il est bas parce qu’il y a moins de transport aérien et que le redressement du transport aérien prendra au moins deux ans, ce ne serait pas responsable vis-à-vis de l’argent des Français", a dit le ministre de l’Economie sur RMC et BFM. 

 ADP dans la tourmente

Le secteur du transport aérien est sinistré. Le Groupe ADP subit une chute de son chiffres d’affaires sans précédent . "En 2020, le trafic sera 60 % inférieur à celui de 2019. À la fin de l’année, nous pourrions être à 65-70 % d’une activité normale. C’est un choc historique. Nous allons perdre plus de 50 % de notre chiffre d’affaires, qui pourrait être amputé d’environ 2,5 milliards d’euros", a indiqué Augustin de Romanet, patron du Groupe ADP, lors d’un entretien publié dimanche 21 juin.

 Un retour à la normal d’Orly pas avant 2022/2023 !

Le patron d’ADP explique au JDD comment l’aéroport du sud parisien va redémarrer et ce que la crise du coronavirus change pour les activités du groupe qu’il dirige. "On peut espérer qu’Orly retrouvera son activité normale en 2022-2023, précise-t-il. Pour Charles-de-Gaulle, ce sera un peu plus long."

 Le retour à la normal pour Charles-de-Gaulle pas attendu avant 2025 !

"Les experts estiment que le trafic aérien pourrait retrouver son niveau de 2019, entre 2023 et 2025. Mais cela devrait aller un peu plus vite pour le trafic domestique et pour le trafic Schengen. On peut donc espérer qu’Orly retrouvera son activité normale en 2022-2023. Pour Charles-de-Gaulle, ce sera un peu plus long", a-t-il ajouté.