Prises de bénéfices logiques sur le CAC40 après une année extraordinaire, plus de +23% de progression

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

Affaiblie par des prises de bénéfices, la Bourse de Paris repasse sous les 6.000 points (-0,91%)

L’indice CAC 40 a perdu 55,17 points à 5.982,22 points, dans un volume faible de 1,9 milliard d’euros. Vendredi, il avait fini sans grand mouvement mais néanmoins à son plus haut annuel en clôture. Depuis le 1er janvier l’indice a pris 26,46%. La cote parisienne est restée dans le rouge toute la séance.

"Nous nous attendions à une séance assez terne, mais les prises de bénéfices ontété un peu plus appuyées que prévu", a relevé auprès de l’AFP, Daniel Larrouturou, gérant actions chez Dôm Finance. "Le repli a été accentué par la mauvaise orientation de Wall Street", a-t-il ajouté, le tout dans des "volumes faibles en l’absence de nombreux investisseurs". "La remontée des taux d’emprunt sur le marché de la dette a toutefois permis aux banques de moins baisser", a complété l’expert.

Au-delà de la séance du jour, "l’humeur reste (toutefois) à l’optimisme, notamment grâce à "l’espoir de la signature d’un accord commercial de phase 1 entre les Etats-Unis et la Chine en janvier", a également souligné Franklin Pichard, directeur général de Kiplink Finance. Les deux puissances mondiales sont convenues en décembre d’une trêve dans leur surenchère de taxes douanières, en attendant la signature d’un accord préliminaire, qui pourrait intervenir dès le mois de janvier.

Depuis mars 2018, Pékin et Washington se sont infligé des droits de douane punitifs réciproques sur des centaines de milliards de dollars de biens, ce qui affecte durement l’économie chinoise et ralentit l’économie mondiale. En échange des engagements chinois pris il y a une semaine, l’administration Trump a renoncé à imposer de nouveaux tarifs douaniers. Et selon les termes de l’accord, elle a en outre accepté de diminuer de moitié ceux imposés le 1er septembre sur 120 milliards de dollars d’importations chinoises.

Côté statistiques, les promesses de ventes de logements aux Etats-Unis ont rebondi plus fort que prévu en novembre, mais cela n’a pas suffi à inverser la tendance. Du côté des valeurs, EssilorLuxottica a perdu 3,05% à 134,90 euros, pénalisé par la découverte par sa filiale Essilor International d’une fraude financière au sein d’une de ses usines en Thaïlande.

Les banques ont limité les pertes. BNP Paribas a reculé de 0,45% à 52,73 euros, Société Générale de 0,34% à 30,98 euros et Crédit Agricole de 0,65% à 12,94 euros.
TechnipFMC (+1,01% à 185,73 euros), CGG (+3,86% à 2,91 euros), Eramet (+2,13% à 45,61 euros) ou Vallourec (+0,98% à 2,78 euros) ont pour leur part profité du dynamisme des cours des matières premières.