Places boursières orientées à la hausse, la banque centrale de Chine prête pour une relance économique

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

2MARCHES ACTIONS2

Les principales places à travers le monde ont clôturé la dernière séance de la semaine sur une note positive, à l’exception du Footsie qui a souffert tout particulièrement du recul du compartiment minier. Néanmoins, les indices actions ont souffert sur l’ensemble de la semaine et les places européennes affichent le plus fort recul depuis le début de l’année. Faute de catalyseurs, les investisseurs se sont tournés vers différents évènements géopolitiques comme l’attaque de l’Arabie Saoudite au Yemen. Le dossier grec, bien que légèrement en recul cette semaine en attendant les propositions de réformes, reste un point d’inquiétude même si une issue « heureuse » est attendue. Le CAC 40 s’établit désormais à 5 034.06 points après avoir grappillé 0.55% vendredi dernier. Le Dax a glané 0.21% à 11 868.33 points tandis que le Footsie a donc reculé de 0.58% à 6 855.02 points.

Dans le sillage des places européennes, Wall Street a gagné un peu de terrain après quatre séances consécutives dans le rouge. Le Dow Jones s’est adjugé 0.19% à 17 712.66 points, le S&P500 0.24% à 2 061.02 points et le Nasdaq 0.57% à 4 891.22 points. Wall Street a donc marqué une pause dans sa baisse, sans réel catalyseurs. La publication du PIB américain à 2.2% devrait conforter la FED dans son choix de ne pas se presser pour remonter les taux. Néanmoins, la FED, par le biais de sa présidente Janet Yellen, a réaffirmé leur volonté de procéder à une hausse des taux cette année. L’inflation et les chiffres de l’emploi seront évidemment toujours scrutés avec attention dans les prochains mois. Les investisseurs attendent dorénavant avec hâte le début de la saison des résultats du premier trimestre de l’année 2015 qui va début dans un peu plus d’une semaine. L’impact de la hausse du dollar pourrait se faire largement ressentir sur les comptes de résultats des entreprises US exportatrices.

La Grèce reste toujours sous pression et les membres de l’Eurogroupe attendent avec impatience les mesures et réformes du nouveau gouvernement grec. Ce dernier doit absolument se voir accorder la dernière tranche de l’aide financière avant le 20 Avril. Les négociations se poursuivent à Bruxelles entre les principaux créanciers et la Grèce. Le premier ministre grec, Alexis Tsipras, s’est montré optimiste pour la résolution de ce dossier. Une des mesures phares pourrait être la privatisation du port du Pirée.

Les principales places européennes sont attendues à la hausse ce matin à l’ouverture. La Bourse de Tokyo a fini en légère hausse de 0.65% à 19 411.10 points, en dépit du recul de la production industrielle le mois dernier.

2FOREX2

La monnaie unique se montre fragile face au billet vert qui bénéficie d’indicateurs satisfaisants en provenance des Etats-Unis à l’image des chiffres de confiance des consommateurs du Michigan qui ont été réévalués sur le mois de mars de 91 à 93. En parallèle, la première réévaluation du PIB américain sur le quatrième trimestre de 2014 est ressortie en phase avec les attentes à +2,2% confirmant ainsi la première estimation.

Le marché de l’emploi, également déterminant pour se faire une idée de la santé économique du pays, montre des signes de relance avec des demandes d’allocations chômage qui ont reculé à 282 000 nouvelles demandes la semaine précédente lorsque les analystes tablaient sur un chiffre proche de 290 000. Les investisseurs attendent désormais une clarification de la Réserve fédérale américaine sur son calendrier pour une éventuelle remontée des taux dans les prochains mois. Dans ce contexte, la monnaie unique se négocie ce matin pour 1,0867 dollar face au billet vert et contre la devise britannique, un euro se traite pour 0,7326 pence.

La devise japonaise, de son coté, recule légèrement face au dollar américain mais parvient à progresser à 129,57 yens face à l’euro alors que la production industrielle du Japon a chuté de 3,4% sur le mois de février par rapport à janvier, soit sa plus forte baisse en huit mois. Le consensus tablait sur un recul de seulement 1,8%. Pour rappel, cette statistique avait enregistré, le mois précédent, en janvier, sa plus forte hausse de près de quatre ans, en bondissant de 4,0%.

2MATIERES PREMIERES2

Le pétrole poursuit sa chute après que le WTI soit repassé sous les $50 vendredi dernier. Les diplomates iraniens et occidentaux travaillent sur un accord sur le nucléaire qui pourrait conduire à une reprise des exportations de brut de la République islamique en plein milieu d’une surabondance mondiale.

Le contrat de mai sur le WTI diminuait de 92 centimes à $47.95 ce matin. Le contrat avait déjà perdu $2.56 vendredi. Le volume de tous les contrats à terme négociés était d’environ 13% inférieur à la moyenne des 100 jours. Les prix restent sur une baisse de 9.6% cette année. Le Brent lui perdait 84 centimes ce matin à $55.57 le baril. Il a également fortement chuté vendredi de $2.78 à $56.41. Il s’échangeait avec une prime de $7.94 par rapport à son homologue américain.

Les diplomates occidentaux et iraniens devraient se réunir lundi matin en Suisse alors qu’ils restaient divisés sur la vitesse d’assouplissement des sanctions. Si un accord était trouvé, cela aboutirait à des exportations de 1 million de barils par jour de la part de l’Iran. Les spéculations sur les frappes aériennes saoudiennes au Yémen et les événements en cours dans le pays qui laissaient craindre une perturbation de l’offre en provenance du Moyen-Orient ont été rapidement corrigées vendredi dernier.

Sur les statistiques, rappelons que les stocks de pétrole aux Etats-Unis ont grimpé à 466.7 millions de barils, un niveau record jamais atteint depuis 1982. La production est à son rythme le plus élevé depuis janvier 1983 à 9.42 millions de barils par jour.

Sur les métaux, l’once d’or est repassée sous les $1200 vendredi après que Janet Yellen ait déclaré qu’elle s’attendait à voir les taux d’intérêts remonter cette année, ce qui a profité au dollar. L’once d’or ce matin s’échangeait à $1192.50 ce matin toujours en baisse après avoir connu un pic la semaine dernière sur les actions de l’Arabie Saoudite au Yémen.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.