OR : un marché baissier, qui devrait le persister

Crédit : stock.adobe.com

Publié le

Depuis janvier, l’or poursuit une lente tendance baissière, qui s’est accélérée en juillet avant un léger rebond début août. Poursuite du déclin ou opportunité d’investissement ? Guy Wagner, chef économiste de la Banque du Luxembourg, livre une analyse contrastée.

Tendances cours de l'OR (USD)
Once d'OR (31.1035 gr.)1 132.20 $1 026.94 €
Cotations de la veille. Taux de change USD->EUR appliqué de la veille. Date de publication 23 mai 2020

Malgré un été chahuté sur les marchés boursiers, l’or n’a pas joué son rôle habituel de valeur-refuge. L’once d’or est retournée à « son niveau le plus bas depuis le premier trimestre 2010  », passant momentanément sous les 1.100 dollars au cours des dernières semaines, rappelle ainsi Guy Wagner, chef économiste de la Banque du Luxembourg.

 OR : Marché logiquement baissier

« Plusieurs facteurs indiquent que le sentiment de marché est actuellement très négatif  », relève-t-il. « Sur la bourse à terme de New York, les positions longues [acheteuses] des investisseurs dits spéculatifs se situent à leurs niveaux les plus bas depuis décembre 2001 ». A contrario, « si l’on en croit le rapport de l’US Commodity Futures Trading Commission publié le 24 juillet, les paris à la baisse se situent à un niveau record ». Le déséquilibre entre les deux forces de marché est très fort, avec des « positions à découvert de 20,6 millions d’onces, contre des positions longues de 1,8 million d’onces ».

Au lieu de jouer son traditionnel rôle de valeur-refuge au cours des derniers mois face aux péripéties grecques et chinoises, l’or a été entraîné sur une tendance baissière à l’instar d’autres matières premières comme le pétrole. « Le cours de l’or n’a [pas] réagi de manière positive aux incertitudes et crises des derniers mois. La demande en provenance de la Chine semble quant à elle s’affaiblir et il se peut même que l’effondrement des cours boursiers en Chine et à Hong Kong ait conduit à des ventes du métal jaune en Asie », explique Guy Wagner.

Surtout, souligne le chef économiste de la Banque du Luxembourg, l’or est « historiquement considéré comme une couverture à long terme contre l’inflation et, en règle générale, son cours augmente lorsque les craintes inflationnistes s’accentuent. Actuellement, ces craintes restent absentes »

 Un faible niveau qui offre aussi des opportunités

Malgré la conjoncture défavorable pour le marché de l’or, le faible niveau du métal jaune offre aussi des opportunités.

« Si le cours de l’or reste faible ou qu’il se replie davantage, nous relèverons nos positions », affirme ainsi Guy Wagner. Par ailleurs, en Bourse, « la valorisation des entreprises minières est aujourd’hui très basse d’un point de vue historique », relève-t-il. L’utilisation des ratios de valorisation n’est cependant pas le critère majeur pour une décision d’investissement.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.