Nette baisse à la Bourse de Paris (-1,57%) préoccupée par la vigueur de l’euro

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

Nette baisse à la Bourse de Paris (-1,57%) préoccupée par la vigueur de l’euro

L’indice CAC 40 a cédé 81,56 points à 5.117,66 points dans un volume d’échanges soutenu de 4,6 milliards d’euros. La veille, l’indice avait fini en recul de 0,32%.

Au cours de la semaine écoulée, l’indice a perdu 2,25%. Ses gains depuis le début de l’année atteignent 5,25%.

La cote parisienne a débuté en recul et après des hésitations, a creusé ses pertes au fil de la séance.

Le statu quo décidé par la BCE et les appels à lapatience lancés jeudi par le président Mario Draghi pour attendre une accélération de l’inflation avant d’envisager un changement de cap monétaire ont eu pour effet de pousser l’euro vers des sommets et à l’inverse d’alimenter une poursuite de la détente sur le marché de la dette.

"Il y a une double crainte du marché par rapport au niveau de l’euro qui s’est apprécié et les taux d’emprunts souverains" qui recommencent à descendre, a résumé auprès de l’AFP Hugues Le Maire, un associé de Diamant bleu Gestion.

Concernant la hausse de l’euro, "les investisseurscraignent que certains secteurs soient pénalisés", a-t-il poursuivi.

Et du côté des taux, "il est difficile d’avoir une belle dynamique de marché sans un secteur financier dynamique", or sans remontée des taux d’intérêts c’est plus difficile, a-t-il relevé.

Du côté des indicateurs, aucune statistique majeure n’était au programme.

- Valeo malmené -

Sur le terrain des valeurs, la montée en puissance des publications d’entreprises a par contre apporté son lot d’animation à la cote.

Valeo a plongé de 6,94% à 59,58 euros, pénalisé par des ventes légèrement inférieures aux attentes, malgré un bond de 20% de son bénéfice net au premier semestre à 506 millionsd’euros.

Tarkett a aussi souffert (-6,87% à 37,05 euros) après avoir constitué une provision de 150 millions d’euros en raison d’une procédure devant l’Autorité de la concurrence.

Rubis à l’inverse a profité (+3,51% à 107,75 euros) de l’annonce du rachat de Galana, le premier distributeur de produits pétroliers de Madagascar.

Sartorius Stedim Biotech s’est enfoncé de 4,33% euros à 87,94 euros, affecté par un ralentissement des ventes au deuxième trimestre.

Exel Industries a gagné 1,40% à 94,45 euros après avoir annoncé une hausse de 6% de son chiffre d’affaires au troisième trimestre et indiqué s’attendre à un dernier trimestre "bien supérieur" à l’an dernier.

Somfy a cédé 4,48% à 85 euros. Si les ventes sont restées dynamiques au deuxième trimestre, son résultat opérationnel courant devrait s’inscrire en légère baisse sur le semestre écoulé.

Boiron a été pénalisé (-3,53% à 82 euros) par un chiffre d’affaires en déclin de 4,5% à 124,4 millions d’euros au deuxième trimestre, affecté par un recul en France et en Europe, ce qui devrait peser sur son résultat opérationnel semestriel.

abx/fka/gib

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.