Mais où va le CAC 40 ? 6 séances de baisse consécutives pour 280 points en ligne droite

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

CAC40 : Chaque chose en son temps

Nicolas Chéron, Responsable de la Recherche Marchés pour Binck.fr (article rédigé le 30 mai 2018).

  • 6 séances de baisse consécutives pour 280 points en ligne droite : les vendeurs sont de retour et n’y sont pas allés avec des pincettes sur le CAC40. Le retour d’un flux d’information négatif n’aura fait qu’accélérer ce phénomène de respiration légitime.
  • Les banques italiennes ont reculé de plus de 10% en quelques séances, l’ensemble des indices européens ont été impactés négativement et les autres places boursières internationales ont même été affectées par l’aversion au risque venant d’Europe.
  • Le CAC40 a ainsi retracé une partie de sa hausse récente, il est de retour dans son canal horizontal 5050 – 5550 points en place depuis un an et s’approche d’une première zone de soutien après avoir piégé les acheteurs au-dessus des 5567 points.

Graphiquement, l’indice français a récemment piégé les acheteurs au-dessus des 5567 points, ses plus hauts de début d’année. Parce que les cours sont violemment repassés sous ce seuil à la fin de la semaine dernière, les acheteurs ont dû sortir en précipitation alors que les vendeurs appuyaient sur les prix à cause de l’Italie, ce qui a par ailleurs causé l’accélération baissière des dernières séances. L’indice a ainsi retracé une partie de sa hausse récente, il est de retour dans son canal horizontal 5050 – 5550 points en place depuis un an et s’approche d’une première zone de soutien. En effet, entre 5360 et 5420 points, nous retrouvons un seuil horizontal datant du 27 février (5365 points), un seuil psychologique à 5400 points et un retracement de Fibonnacci à 5420 points, de quoi engendrer une possible réaction haussière.

En d’autres termes, il convient de ne pas passer trop baissier quand le consensus le devient enfin. Une respiration a eu lieu, des supports ont été atteints et un rebond vers 5500 points à court terme n’aurait rien d’illégitime. Seule une cassure des 5430 points accompagnée d’une forte volatilité changerait la donne. Peut-être n’est-ce que partie remise avec le retour du dossier italien, à l’approche des élections dans quelques semaines ?

« Ce matin, le reflux des rendements de la dette italienne rassure un peu les opérateurs et un regain haussier ne nous semble pas inimaginable sur les niveaux actuellement travaillés. Les opérateurs n’aiment pas l’incertitude et l’organisation d’élections anticipées d’ici le mois de septembre pourrait aider à une stabilisation voire à un rebond technique des indices européens.

Seule une cassure des 5430 points accompagnée d’une forte volatilité changerait la donne. Peut-être n’est-ce que partie remise avec le retour du dossier italien, à l’approche des élections dans quelques semaines ?  »