Les marchés dopés depuis trop longtemps à la morphine, un sevrage difficile

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

Il n’est nullement question de nier l’accentuation des pressions déflationnistes. Les modèles historiques abondent dans ce sens. Le prix des matières premières devrait rester bas encore au moins pendant cinq ans. Toutefois, il n’est pas certain qu’un prolongement du QE soit, du point de vue macroéconomique, efficace. Cela va juste alimenter les bulles spéculatives en bourse. Il serait plus judicieux d’opter pour une hausse de la cible d’inflation de 2% à 3-4% ce qui permettrait à la BCE d’avoir une marge de manœuvre plus grande pour renouer avec une dynamique économique positive.

L’indice phare parisien a terminé la séance en territoire positif profitant ainsi de l’appétit pour le risque des investisseurs qui ont bien accueilli le discours de la BCE. Comme pressenti, Mario Draghi a annoncé que les taux particulièrement bas restaient inchangés. D’autre part, dans son discours, le président de la Banque centrale européenne a une nouvelle fois affirmé son objectif de stimuler l’économie de la zone euro. Pour atteindre les différents objectifs fixés, la BCE n’exclue pas d’étendre ses rachats de dette après septembre 2016.

Cette intervention a rassuré les opérateurs de marché et a conduit les principales places européennes dans le vert. A sa clôture, le CAC40 s’est adjugé à 4 659,79 points, soit un mieux de 2,17% par rapport à son cours de la veille. Le Dax et le Footise ont confirmé ce trend haussier en prenant respectivement 2,68% et 1,82%.

Pour cette séance, les principaux indices devraient ouvrir en baisse sur fond d’attentisme de la part des investisseurs avant les statistiques très attendus sur l’emploi américain.

Avant les statistiques majeures attendues ce vendredi, les principaux indices américains ont terminé la séance en ordre dispersé. Ainsi, le Dow Jones affiche une légère progression de 0,14% à 16 374,4 points tandis que le Nasdaq a reculé de 0,35% à 4 773,2 points.

Sur le front des annonces économiques, les investisseurs ont pris connaissance du PMI aux Etats unis qui a été publié à 56,1 pour un consensus établi à 55,2. Les marchés ont également eu connaissance du déficit commercial américain qui a été publié à -41,9 milliards de dollars alors que le consensus établi par les analystes était de -42,4 milliards.

La bourse de Tokyo a terminé la séance dans le rouge. Le Nikkei s’est échangé aux encablures des 17 792,16 et le Topix à 1 444,53 points (-2,06%).

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.