Les investisseurs parient sur une reprise économique rapide, à l’inverse des prévisions

Crédit : stock.adobe.com

Publié le

Les Bourses européennes misent sur une reprise économique rapide

L’indice phare de la place de Paris, le CAC 40, a ainsi terminésur une nette hausse de 2,15% tandis que Francfort a bondi de 2,87%, retrouvant son niveau de début mars. Ailleurs en Europe, Milan a progressé de 1,61% et Madrid de 2,38%. La progression des indices boursiers "témoigne de l’optimisme des investisseurs quant au déconfinement rapide dela plupart des économies et de la confiance dans le fait qu’il n’y aura pas de seconde vague" de contamination par le coronavirus, souligne auprès de l’AFP Daniel Larrouturou, un analyste de Dôm Finance. "Les investisseurs parient sur un rebond économique" en Europe et aux Etats-Unis,complète-t-il. Dans ce contexte, le regain de tensions entre Washington et Pékin autour de Hong Kong "reste présent dans l’esprit des investisseurs mais passe clairement au second plan", selon lui.

Déjà tendues au sujet du coronavirus, les relations entre les Etats-Unis etla Chine se sont encore envenimées sur fond de retour à la violence à Hong Kong, où des milliers de manifestants ont protesté dimanche contre un projet de loi chinois sur la sécurité qui vise à interdire la trahison, la sécession, la sédition et la subversion. Washington a menacéde prendre des sanctions commerciales si cette mesure était mise en place mais Pékin a demandé dimanche son application "sans le moindre délai". Du côté des indicateurs, si la baisse de la consommation des ménages et des investissements des entreprises ont fait plonger l’Allemagnedans la récession au premier trimestre 2020, le moral des entrepreneurs allemands a rebondi en mai après son plus bas historique le mois précédent, porté par l’optimisme lié aux mesures de déconfinement.

Sur le marché européen de la dette, les taux d’emprunt ont fait du surplace,se détendant à la marge par rapport à leur clôture de vendredi. La Commission européenne va proposer mercredi un fonds de relance de l’ordre de 1.000 milliards d’euros pour surmonter la crise engendrée par le coronavirus, donnant le coup d’envoi de négociations difficiles entre desEuropéens divisés sur la question de la solidarité financière.