Les indices boursiers à la recherche d’un équilibre

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

2MARCHES ACTIONS2

Les principales places à travers le monde ont clôturé sur une note positive vendredi dernier, soutenu notamment par les bons chiffres de l’emploi aux Etats-Unis mais également par la nette victoire de David Cameron et de son parti conservateur. Ainsi avec 223 000 créations de postes au mois d’Avril aux Etats-Unis, les investisseurs ont semblé rassurés après une semaine marquée par les propos de Janet Yellen, présidente de la FED, qui a estimé que les niveaux de valorisations des marchés actions étaient élevés. Le prochain discours de la FED est particulièrement attendu, avec toujours un seul et même but, tenter de déterminer le début de la hausse des taux. La hausse potentielle au mois de Juin semble s’éloigner en raison des mauvais chiffres du mois de Mars.

Le CAC 40 s’est adjugé 2.48% à 5 090.39 points, le Dax 2.65% à 11 709.73 points et le Footsie 2.32% à 7 046.82 points. Du côté de Wall Street, le Dow Jones a gagné 1.49% à 18 191.11 points, le S&P500 1.35% à 2 116.10 points et le Nasdaq 1.17% à 5 003.55 points.

Ce matin, la Bourse de Tokyo a engrangé 1.25% à 19 620.914 points dans le sillage de Wall Street. De plus, la mise en place d’une nouvelle mesure de soutien à l’économie par la banque centrale chinoise a également contribué à soutenir le marché. En effet, cette dernière a procédé à une nouvelle baisse des taux hier.

Ce matin, les principales places européennes sont attendues en légère baisse à l’ouverture avant une réunion de première importance aujourd’hui entre les différents ministres des finances de la zone euro autour du dossier grec. Cependant, sauf surprise, aucun accord n’est attendu encore aujourd’hui. Les discussions devraient toujours être tendues alors que la Grèce s’approche de plusieurs échéances de remboursement et pourrait avoir des problèmes de trésorerie.

2FOREX2

En ce début de semaine, la monnaie unique reste fragilisée par la réunion de l’Eurogroupe qui portera notamment sur la Grèce. Les cambistes se souviennent des propos d’Athènes la semaine dernière qui a rappelé que son gouvernement ne cédera pas aux institutions européennes notamment sur la question du marché du travail et de la retraite. Des annonces qui ont ravivé les craintes des investisseurs sur les avancées des négociations après le remaniement récent du gouvernement grec.

Le nouveau ministre grec Euclide Tsakalotos a de son côté affirmé que les discussions avec ses créanciers européens progressaient rapidement et pourraient aboutir prochainement sur un déblocage d’une partie de la dernière tranche des prêts de l’Union Européenne et du FMI. Ce matin, la monnaie unique s’échange pour 1,1159 dollar face au billet vert et se négocie proche de 0,7236 pence contre la devise britannique. Le dollar américain, quant à lui, reste pénalisé dans l’ensemble par les dernières publications en provenance des Etats-Unis. La semaine dernière, les chiffres américains ont en effet déçu et ne permettent pas aux cambistes de confirmer un relèvement des taux prochain par la Réserve fédérale américaine.

Dans ce contexte, le billet vert s’échange pour 1,5423 dollar face à la livre sterling et se traite pour 119,89 yens face à la monnaie japonaise. De son côté, la monnaie unique atteint 133,80 yens face à la devise nippone

2MATIERES PREMIERES2

Les contrats à terme sur le pétrole se stabilisent sous les $60 ce matin. L’ouverture de ce matin se fait dans la continuité avec la semaine dernière. Bien que plutôt volatile, le pétrole a terminé la semaine dans le vert pour une huitième semaine consécutive.

Le contrat de juin sur le WTI cotait en légère baisse de 17 centimes ce matin à $59.22 alors que le contrat avait clôturé en hausse de 45 centimes à $59.39 vendredi dernier. Les volumes étaient toutefois 68% inférieurs à la moyenne des 100 jours. Sur l’année le brut léger américain gagne 11%. Le contrat juin sur le Brent lui, était stable ce matin à $65.36 le baril. Il avait perdu 15 centimes à $65.39 vendredi dernier. La prime entre les deux qualités était de $6.10 ce matin.

Le nombre d’appareils de forage américain diminue toujours, une tendance qui perdure depuis décembre dernier. Le pétrole a rebondi sur un plus bas de 6 ans atteint en mars dernier. Rappelons que le catalyseur principal en ce moment est l’offre américaine. Si les niveaux de productions restent tels quels, le marché pourrait bien rester prudent et rester sous la barre des $60.

Pendant la semaine du premier mai, les stocks américains ont montré quelques signes de faiblesse. Malgré une stabilisation sur des niveaux record, les stocks ont baissé à 487 millions de barils.

Au Yémen, les rebelles chiites ont accepté une proposition de l’Arabie saoudite pour mettre fin aux combats pendant cinq jours pour une intervention d’aide humanitaire. Rappelons que le secteur est toujours sous tension. La position dominante du Yémen sur un certain « goulot » géographique pour les exportations saoudiennes continue de faire peur sur les marchés. La fermeture de cette voie, obligerait les pétroliers à contourner la pointe sud de l’Afrique pour atteindre l’Europe et les Amériques.

L’once d’or s’est montrée plutôt hésitante sur les chiffres de l’emploi américain du mois d’avril. Les créations d’emploi ont été plus importantes sur le mois d’avril que sur le mois de mars mais moins que prévu par le consensus. Les investisseurs restent attentifs à ses chiffres impactant la décision de la Fed sur son calendrier de remontée de ses taux d’intérêts. L’once d’or gagnait 0.2% à $1190.54 ce matin.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.