Les fonds immobiliers en progression de +20.5% en 2017, dépassent les 100 milliards d’euros d’encours

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

Les fonds immobiliers sont recherchés par les investisseurs, particuliers ou professionnels. Le rendement des investissements immobiliers, en baisse au fil de ces dernières années, reste apprécié, compte-tenu du niveau de risque pris.

 OPCI et SCPI représentent 17 milliards d’euros d’encours

Répartition des OPC immobiliers par type de biens Les fonds immobiliers atteignent 100 milliards d’euros d’actif net à fin 2017, en progression de 20,5% sur l’année (respectivement +11 milliards pour les OPCI et +6 milliards pour les SCPI). Les ménages détiennent directement 36% des parts de fonds. Les rendements 2017 des OPCI grand public, accessibles aux particuliers, via la détention en nominatif pur ou via les contrats d’assurance-vie affichent un rendement moyen de l’ordre de 3.50%. Du côté des SCPI, le rendement moyen 2017 est sensiblement plus élevé, de l’ordre de 4.43%. Les meilleures SCPI 2018 publient même des rendements supérieurs à 6%. Les immeubles de bureaux représentent 49 % des placements et l’Ile de France (Paris inclus) 61%.

 Forte hausse de souscription de fonds boursiers

En 2017, les souscriptions sur les OPC non monétaires ont été très soutenues avec + 46 milliards (niveau le plus haut depuis 2006), après une baisse de 4 milliards en 2016. Cette collecte importante provient essentiellement des résidents (+ 40 milliards), notamment les assurances et les sociétés non financières. Les OPC non monétaires poursuivent leurs achats nets d’obligations (+ 20 milliards) et de titres d’OPC (+ 17 milliards), surtout étrangers (+ 34 milliards).

 Les placements monétaires sont logiquement délaissés, taux négatifs obligent

OPC monétaires : au 4eme trimestre 2017, la collecte est à nouveau en recul de - 21 milliards, après - 7 milliards le trimestre précédent. Sur l’année, les OPC monétaires enregistrent cependant un flux net légèrement positif (+ 4 milliards), en raison essentiellement de souscriptions des assurances (+ 13 milliards). En 2017, les OPC monétaires augmentent leurs placements à court terme (+ 12 milliards) et s’allègent à long terme (- 8 milliards).