Les Bourses européennes peinent à interpréter les décisions de la BCE

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

Les Bourses européennes peinent à interpréter les décisions de la BCE

Sans surprise, la BCE a laissé ses taux d’intérêt à un niveau historiquement bas.

Son président Mario Draghi "est parvenu à envoyer des signaux aux marchés selon lesquels la BCE se rapproche d’une normalisation de sa politique monétaire", estime Alan Lemangnen, de Natixis, qui table sur un recalibrage du programme de rachats massifs de dettes de la BCE en septembre.

Si l’institution de Francfort a réitéré comme attendu son engagement à maintenir les taux directeurs en zone euro à leur plus bas historique aussi longtemps que nécessaire, elle a en revanche franchi un petit pas en n’envisageant plus de les "baisser davantage".

"Le communiqué de la BCE est un peu moins accommodant que ce que l’on pouvait attendre", relève Alexandre Baradez.

Dans ces conditions, observe-t-il "le marché monte et descend, c’est un sentiment assez neutre".

Enfin, lors d’une journée riche en rendez-vous, le marché attendait l’issue des élections au Royaume-Uni.

L’Eurostoxx 50 a terminé en hausse de 0,42%.

La Bourse de Paris a fini quasiment stable .

L’indice CAC 40 a cédé 1,29 point à 5.264,24 points, dans un volume d’échanges mesuré de 3,4 milliards d’euros. La veille, il avait fini sur un très léger repli (-0,07%).

Du côté des indicateurs, l’agenda était assez peu fourni. La croissance économique de la zone euro au premier trimestre a étélégèrement révisée à la hausse, à 0,6%.

Aux Etats-Unis, les inscriptions hebdomadaires au chômage ont baissé de 10.000 unités mais sont restées à un niveau supérieur à celui attendu par les analystes.

Sur le terrain des valeurs, les titres liés au secteur bancaireont fini globalement bien orientés, à l’image de Crédit Agricole (+ 1,11% à 14,13 euros), Société Générale (+1,48% à 47,80 euros), BNP Paribas (+0,38% à 63,72 euros), Axa (+0,98% à 23,76 euros) ou Natixis (+1,53% à 5,96 euros).

La Bourse de Francfort a terminé en hausse modérée.

L’indice vedette Dax, qui avait débuté la séance en petite hausse, a fini la séance sur un gain de 0,32% à 12.713,58 points, tandis que le MDax des valeurs moyennes a lui perdu 0,35% à 25.158,64 points.

Sur le Dax, les valeurs énergétiques sont restées à la fête. EON a grimpé de 4,20% à 8,83 euros et RWE de 2,28% à 19,99 euros.

Allianz a également progressé, de 0,88% à 172,05 euros.

Volkswagen a cédé 0,71% 132,25 euros.

Parmi les petites valeurs du SDax, Rocket Internet a lâché 2,07% à 20,55 euros.

Coté hors indices, Air Berlin a plongé de 2,21% à 0,88 euros.

La Bourse de Londres a terminé en baisse de 0,38%.

L’indice FTSE-100 des principales valeurs a perdu 28,64 points à 7.449,98 points, connaissant une quatrième séance de recul d’affilée.

Les valeurs exposées à l’évolution de la livre figurent parmi les plus fortes baisses.

Le groupe de produits d’hygiène Reckitt Benckiser a perdu 1,55% à 7.852,00 pence, le spécialiste du luxe Burberry 1,04% à 1.718,00 pence, le fabricant de tabac Imperial Brands 2,19% à 3.547,00 pence et le producteur d’alcool Diageo 1,93% à 2.285,00 pence.

En revanche, le secteur minier a tiré son épingle du jeu, à l’image de BHP Billiton (+1,07% à 1.183,00 pence) et Glencore (+2,08% à 288,90 pence).

Le géant des télécoms BT a lâché 0,56% à 301,20 pence.

L’indice AEX des principales valeurs de la Bourse d’Amsterdam a clôturé en hausse de 0,09% à 523,55 points.

A la hausse, la holding Altice a grimpé de 2,36% à 22,96 euros et le sidérurgie Arcelor Mittal a augmenté de 1,90% à 18,80 euros.

A la baisse, le géant de l’agro-alimentaire et des produits de base Unilever a chuté de 1,32% à 50,21 euros et le brasseur Heineken a perdu 1,22% à 87,32 euros.

La Bourse de Madrid a clôturé en hausse de 0,75% à 10.953,1 points, tirée notamment par Banco Santander (+5,24% à 6,05 euros), qui rebondit au lendemain du rachat via un mécanisme de sauvetage européen de Banco Popular, retiré de la cotation et de l’Ibex 35.

Le reste du secteur bancaire a évolué de manière contrastée (BBVA +1,54% à 7,44 euros ; Bankia -1,67% à 4,25 euros ; CaixaBank -0,84% à 4,12 euros).

L’aciériste ArcelorMittal a gagné 1,95% à 18,80 euros et le consultant Indra 1,77% à 13,23 euros.

Parmi les plus fortes baisses figurent la chaîne hotellière Melia (-1,57% à 13,51 euros) et la filiale espagnole du groupe italien Mediaset (-1,25% à 11,47 euros).

La Bourse de Lisbonne a terminé en baisse de 0,93% à 5.240,37 points, sanctionnée par le distributeur Jeronimo Martins qui a chuté de 2,17% à 17,62 euros.

Parmi les perdants du jour, le papetier The Navigator Company a reculé de 2,06% à 3,94 euros et le groupe pétrolier et gazier Galp Energia a cédé 1,73% à13,38 euros.

A l’inverse, le groupe diversifié Sonae a bondi de 3,10% à 93 centimes d’euro.

La Bourse de Bruxelles a terminé en hausse de 0,29%, l’indice Bel-20 des principales valeurs s’établissant à 3.918,23 points.

Parmi les onze valeurs en hausse, le groupe de métallurgie Bekaert a gagné 2,83%, à 46,27 euros, meilleure performance de la journée.

Le géant de la bière Ab Inbev a perdu 2,31%, à 101,65 euros.

La Bourse suisse a continué sa dégringolade, plombée par la chute de Nestlé.

L’indice SMI regroupant les valeurs vedettes a clôturé sur une nouvelle baisse de 0,73% à 8.811,62 points.

Lanterne rouge de la séance, le groupe alimentaire Nestlé, l’un des poids lourds de la cote, a dévissé de 2,05% à 81,10 CHF.

Roche a poursuivi sa descente aux enfers en perdant 0,40% (247,50 CHF). Son concurrent Novartis a mieux résisté, ne lâchant que 0,06% à 78,50 CHF.

Dans le secteur du luxe, le groupe Swatch a chuté de 2,18% à 358,40 CHF. Richemont, numéro deux mondial, a lui cédé 0,57% (79,00 CHF).

La meilleure performance a été réalisée par Adecco, numéro un mondial du travail temporaire, qui a terminé sur une hausse de 1,24% (73,30 CHF).

La Bourse de Milan a terminé en hausse, l’indice FTSE Mib gagnant 1,42% à 21.042 points.

Azimut a enregistré la plus forte hausse avec +3,89% à 18,14 euros, suivi de BPER Banca, +3,71% à 4,416 euros et d’Unicredit, +3,22% à 16,03 euros.

Salvatore Ferragamo a subi en revanche la plus forte baisse, -3,50% à 24 euros, suivi de Fiat Chrysler Automobiles (FCA), -1,34% à 9,6 euros et de Saipem, -0,52% à 3,456 euros.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.