Les Bourses européennes démarrent la semaine sur une note prudente

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

Les Bourses européennes démarrent la semaine sur une note prudente

L’Italie a laissé inchangées ses prévisions de budget lundi, en dépit des critiques de Bruxelles, mais s’est engagée à ne pas creuser davantage le déficit ou la dette.

"Fondamentalement, la situation n’a pas évolué, la lettre envoyée à la Commission européenne fait toujours état d’un déficit de 2,4% ", ce qui signifie pour le marché que la trajectoire proposée pour réduire la dette "n’est pas tenable", a expliqué à l’AFP Alexandre Baradez, analyste à IG France.

A New York, les indices évoluaient en ordre dispersé à la mi-séance : vers 16H20 GMT, le Dow Jones Industrial Average baissait de 0,58% à 25.296,77 points, l’indice élargi S&P 500 reculait de 0,34%à 2.758,45 points, et le Nasdaq avançait de 0,40% à 7.478,70 points.

"Nous sommes à nouveau face à une séance volatile où le marché ne va nulle part. Les incertitudes concernant la relation américaine avec l’Arabie saoudite et la nervosité ambiante avant les élections américaines de mi-mandat jouent également en défaveur de Wall Street", a analysé Peter Cardillo de Spartan Capital.

En nette progression depuis le début du mois d’octobre, l’indice de volatilité des marchés américains (VIX) évoluait lundi à des plus hauts depuis avril.

L’Eurostoxx 50 a perdu 0,57%.

A la Bourse de Paris, le CAC 40 a fini en repli de 0,62%à 5.053,31 points.

Sur le front des valeurs, les titres bancaires ont souffert, à l’instar de Société Générale (-1,04% à 34,09 euros), de BNP Paribas (-0,86% à 48,31 euros) et de Crédit Agricole (-1,11% à 11,76 euros).

Kering a progressé de 1,89% à 367,00 euros, à laveille de la publication de ses résultats trimestriels.

A Francfort, le Dax a cédé 0,26% à 11.524,34 points.

En bas de tableau, Volkswagen, toujours pas sorti du "dieselgate", a cédé 1,14% à 143,34 euros, presque imité par Daimler (-1,13% à 50,81 euros) qui continuait d’être délaissé après son second avertissement sur résultat publié vendredi.

Linde a fini largement en tête du Dax avec un gain de 3,60% à 218,90 euros, soutenu par l’approbation sous condition du projet de rapprochement entre le géant allemand des gaz industriels et son concurrent américain Praxair par l’autorité américaine de la concurrence.

L’indice FTSE-100 des principales valeurs de la Bourse de Londres a terminé en légère baisse de 0,10% à 7.042,80 points.

L’indice a notamment été ralenti par le recul des valeurs pétrolières, alors que les cours du brut s’affichaient en baisse. BP a perdu 1,20% à 550,80 pence et Royal Dutch Shell (action "B") 0,80% à 2.548,50 pence.

A Milan, le FTSE Mib, après en démarrage en trombe, a fini en recul de 0,60% à 18.966 points.

La maison Salvatore Ferragamo a réalisé la meilleure performance, prenant 7,44% à 20,94 euros, en raison de la relance de spéculations sur une possible vente par la famille. Fiat Chrysler a lui gagné 2,98% à 13,842 euros, après avoir annoncé la vente de l’équipementier Magneti Marelli pour 6,2 milliards d’euros.

En revanche, les banques étaient en berne, comme Bper Banca (-3,65% à 3,38 euros) et Banco BPM (-3,12% à 1,6692 euros), en raison des inquiétudes autour du budget italien.

L’indice Ibex 35 de la Bourse de Madrid a clôturé en baisse de 0,96% à 8.806,5 points.

Une nouvelle dégringolade des supermarchés Dia (-24,5% à 66 centimes), après une révision à la baisse de leurs résultats 2017, a tiré l’indice vers le bas.

Plusieurs banques ont aussi nettement reculé dans un contexte d’incertitude autour d’une décision de justice sur les transactions immobilières. Banco de Sabadell a perdu 5,36% à 1,11 euro, Bankia 4,77% à 2,83 euros.

L’indice PSI 20 de la Bourse de Lisbonne a légèrement fléchi (-0,10%) à 5.021,21 points. Le papetier The Navigator Company est monté de 0,98% à 4,14 euros, tandis que le groupe BTP Mota Engil a lâché 1,78% à 1,77 euros.

De son côté, la Bourse suisse a débuté la semaine à l’équilibre, l’indice SMI des valeurs vedettes terminant à 8.865,56 points (-0,07%).

La plus forte hausse a été réalisée par le numéro un mondial du travail temporaire Adecco (+1,30% à 48,13 CHF).

La lanterne rouge est revenue au groupe chimique Lonza, qui a plongé de 2,74% à 316,50 CHF.

L’indice AEX des principales valeurs de la Bourse d’Amsterdam a clôturé en baisse de 1,16% à 519,08 points.

Le géant néerlandais de l’électronique Philips a chuté de 8,69% à 31,73 euros, pénalisé par un chiffre d’affaires en deçà des attentes au troisième trimestre.

En revanche, le groupe néerlandais de travail temporaire Randstada gagné 2,45% à 43,89 euros.

Enfin, l’indice BEL-20 de la Bourse de Bruxelles s’est légèrement repliée (-0,31%) à 3.510,38 points.

La firme de biotechnologie Argenx a tiré l’indice vers le bas (-2,32% à 71,60 euros), tandis que le groupe postal Bpost (+0,84% à 13,24 euros) a signé l’une des meilleures progression.

bur-vac/tq/tht