Le mois d’août est calme, sauf en bourse !

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

Les investisseurs ont l’habitude : depuis plusieurs années, l’été s’est avéré agité sur les marchés financiers. Cela devrait être également le cas en août 2016, comme l’indique la lettre de conjoncture de Saxo Banque de ce jour.

Il y aura trois principaux points à surveiller :

1) Le Japon devrait dévoiler demain un important stimulus fiscal qu’on estime à 28 000 milliards de yens et qui doit permettre d’enrayer la chute de la production industrielle et de conduire à une hausse des salaires ;

2) La Banque d’Angleterre pourrait décider lors de sa réunion du 4 août d’assouplir sa politique monétaire dans la foulée du Brexit. Le marché anticipe une baisse de 25 points de base du taux directeur. Lors du mois de juillet, elle avait décidé d’opter pour le statu quo, étant donné qu’il n’y avait pas de panique de marché à endiguer mais, désormais, elle possède suffisamment d’éléments corroborant le risque de récession à partir du T3 ;

3) Le risque politique reste un des principaux facteurs d’évolution des marchés. C’est notamment le cas pour les actifs financiers turcs. Il est probable que la banque centrale de Turquie décide, sous la contrainte du gouvernement, d’assouplir sa politique monétaire lors de sa réunion du 23 août. Le principal problème dans l’immédiat pour le pays est qu’il faut s’attendre à une hausse du coût de financement en USD pour les entreprises locales, ce qui devrait entrainer à terme un ralentissement économique.

2La France affiche un zéro pointé2

Pour bien finir le mois de juillet, plusieurs mauvaises nouvelles sur le front macroéconomique. En France, la croissance a été nulle au T2 ce qui correspond à nos attentes. Il fallait s’attendre à un phénomène de rééquilibrage inévitable après la bonne performance du T1. Plusieurs explications : le coût de la grève qui a paralysé les raffineries mais surtout une baisse de la consommation des ménages qui est le moteur traditionnel de la croissance. Malgré cette déception, la cible de 1.5% de croissance sur l’année demeure tout à fait atteignable.

2Hausse de taux aux USA2

Aux Etats-Unis, la situation macroéconomique se complique pour la FED. Le marché du travail et les dépenses de consommation continuent de suivre une trajectoire positive mais des signes d’essoufflement de la croissance apparaissent. Le PIB au T1 a été révisé en baisse à 0,8% (contre une première estimation à 1,1%) et celui au T2 est ressorti très inférieur au consensus à 1,2% contre 2,5% prévu. Rien n’est encore décidé concernant l’issue de la réunion de la FED de septembre. La banque centrale va certainement attendre d’avoir plus de données concernant les mois de juillet et d’août afin de pouvoir se faire une idée précise de l’évolution de l’activité.

2Le Japon dans la tourmente2

Cocktail de mauvaises nouvelles au Japon pour le mois de juin : les ventes au détail sont en chute de 1,4% d’une année sur l’autre, la production industrielle dégringole de 1,9% d’une année sur l’autre et le spectre de la déflation ressurgit avec une chute de l’inflation sous-jacente de 0,5% d’une année sur l’autre. De nouvelles mesures de la part de la banque centrale japonaise ne sont pas attendues avant, au moins, le mois de septembre. C’est à ce moment-là qu’un rapport complet sur l’impact de la politique monétaire actuellement mise en œuvre doit être remis au gouvernement.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.