Le CAC40 termine la semaine sur une belle hausse de +5.01%, au-delà des 4.000 points

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

La Bourse de Paris franchit de justesse le seuil des 4.000 points

L’indice CAC 40 a pris 193,41 points à 4.048,80 points. La veille, il avait fini sur une progression de 2,68%. Au cours de la semaine écoulée, il a perdu 1,86%. Depuis le 1er janvier, il a chuté de plus de 32%.

"En voyant que les taux de rendement obligataires se détendent, les investisseurs sont rassurés sur les marchés actions", explique à l’AFP Marco Bruzzo, directeur général délégué chez Mirabaud AM. Néanmoins, le rebond est à relativiser, selon lui, car "il est lié en partie à des phénomènes techniques", en raison de l’expiration d’options et de contrats à terme en Europe et aux Etats-Unis, appelée séance des +quatre sorcières+. Ces derniers jours, tous les actifs baissaient sans distinction, même les produits refuge étaient vendus, c’est-à-dire qu’il n’y avait plus vraiment de corrélation entre les actifs. En outre, il est nécessaire de rappeler qu’il y a exactement un mois, le CAC 40 était à un sommet depuis 2007 et que ce sursaut de fin de semaine intervient après que les marchés ont connu la baisse la plus rapide de toute l’histoire avec une chute d’environ 30% en vingt jours.

Pour voir apparaître une stabilisation des marchés il faudra, selon l’expert, la conjonction de plusieurs éléments : "une bonne perception des mesures fiscales" prises par les autorités, "un début de stabilisation du nombre de cas de coronavirus" et "une stabilité des obligations d’entreprises".
Côté valeurs, l’aérien a continué de reprendre du poil de la bête, à l’image d’Airbus (+18,70% à 63,78 euros), ADP (+22,78% à 102,4 euros) et Air France-KLM (+1,47% à 4,16 euros). En revanche, les valeurs défensives étaient en queue de peloton. Carrefour a reculé de 5,05% à 13,72 euros. Danone a perdu 3,83% à 58,74 euros et Sanofi 2,86% à 73,85 euros. La Française des Jeux progressé de 2,70% à 19 euros. Le groupe a prévenu que l’épidémie de Covid-19 affectera "significativement" son exercice 2020, notamment en réduisant de façon importante les mises sur les paris sportifs et du fait de la suspension, par précaution, d’un jeu de loterie.