Le CAC40 reste calme (-0.39% en clôture) avec un volume de transactions famélique. Genfit s’écroule.

Crédit : stock.adobe.com

Publié le

La Bourse de Paris manque d’initiative (-0,39%)

L’indice CAC 40 a reculé de 17,72 points à 4.472,50 points, dans un faible volume d’échanges de 2,5 milliards d’euros. La veille, il avait fini en recul de 1,31%. La cote parisienne est restée légèrement dans le rouge depuis l’ouverture. "Le marché tient en dépit de chiffres affreux. Il reste extrêmement calme, dans très peu de volume", indique à l’AFP Jean-Jacques Friedman, directeur des investissements à Natixis. La principale statistique du jour, à savoir "le chiffre de l’inflation aux États-Unis et son aspect déflationniste pèse sur la séance et montre que la crise est extrêmement profonde", souligne M. Friedman. Les prix à la consommation ont reculé de 0,8% en avril comparé à ceux enregistrés en mars aux États-Unis, soit la plus forte baisse mensuelle depuis décembre 2008. Dans l’Hexagone, la mise à l’arrêt de l’activité pendant deux mois a coûté près de six points de produit intérieur brut à l’économie française, a estimé mardi le gouverneur de la Banque de France François Villeroy de Galhau.

"Le marché consolide et cela fait un mois qu’il n’arrive pas à choisir son camp, ni à franchir de points significatifs" et "il est trop tôt pour se reprendre" face aux "risques de résurgence de l’épidémie qui donnerait un nouveau coup à l’économie" ajoute M. Friedman. Les investisseurs attendent ainsi les résultats du vaste essai clinique à l’échelle européenne, Discovery, en espérant une bonne nouvelle, poursuit l’expert. La pandémie a fait plus de 286.000 morts sur la planète depuis son apparition en décembre à Wuhan, en Chine, où l’apparition de six nouveaux cas de contamination fait craindre une reprise de la contagion.

  • Emboîtant le pas à la France qui a levé partiellement le confinement lundi, la Russie a entamé un prudent déconfinement avec la réouverture dans plusieurs régions de certains commerces.
  • L’Espagne, qui vient d’entamer un déconfinement également très prudent, va strictement limiter lesentrées sur son territoire et imposer une quarantaine afin d’éviter l’importation de nouveaux cas de coronavirus.
  • Sur le terrain des valeurs, STMicroelectronics a enregistré la plus forte hausse du CAC 40.
  • Engie a, lui, été pénalisé (-4,30% à 9,34 euros) par des résultats en léger recul au premier trimestre, souffrant des premiers effets de la pandémie.
  • Sur le SBF 120, Alstom a grimpé de 6,85% à 38,70 euros, tablant sur un "rebond rapide" du marché et souhaitant toujours racheter son concurrent Bombardier Transport.
  • Genfit s’est effondré de 65,7% à 6,96 euros, lesté par les résultats "très décevants" dans le cadre d’une étude clinique de phase III, de son traitement de la "maladie du foie gras humain" ou Nash.
  • CGG, qui a annoncé un plan d’économies et de réduction de ses investissements après avoir creusé ses pertes au premier trimestre sur fond de chute des cours du brut, a fondu de 12,4% à 1,04 euro.
  • A l’inverse, le groupe Iliad a progressé de 4,05% à 146,35 euros. La maison mère de l’opérateur Free conserve ses objectifs à court et long terme malgré la crise sanitaire, dont l’impact est resté "limité" au premier trimestre avec un chiffre d’affaires en hausse de 6,9%.