Le CAC40 rebondit fortement vendredi de +2.21%, mais affiche encore de -1.70% sur la semaine, et devrait continuer de se replier lundi

Un rebond du chat mort ? La forte reprise des indices boursiers ce vendredi laisse septique. La chasse aux bonnes affaires semble avoir motivé les investisseurs après 6 séances baissières sur les valeurs du CAC40. Lundi sera un jour morne, les marchés US sont fermés, mais la tendance étant baissière aux US en fin de semaine. Ce rebond pourrait bien être de très courte durée.

Publié le

Publicité

OFFRE BOURSE DEGIRO

Plus d'1 million d'investisseurs font confiance à DEGIRO

 Un vendredi ne fait pas la semaine...

La forte hausse du CAC40 ce vendredi, avec +2.21%, ne doit pas faire oublier les 6 séances précédentes de baisse. Du reste, le CAC40 baisse encore de 1.7% sur la semaine. Et les volumes échangés sont faibles. Pas un bon présage pour les séances à venir.

 Un rebond du chat mort ?

Un "dead cat bounce", ou rebond du chat mort, en traduction littérale, c’est un petit rebond sur un actif financier, avant de continuer sur sa tendance baissière. Compte-tenu de la situation, il est probable que ce rebond ne tienne pas ben longtemps.
Toutefois, la chasse aux bonnes affaires peut pousser cet artéfact encore un peu plus haut. D’autant plus que ce lundi les marchés américains étant fermés, si de bonnes nouvelles parviennent aux oreilles des investisseurs, ils pourraient s’emballer un peu. EDF vient d’ailleurs d’annoncer que la remise en service de 27 réacteurs nucléaires d’ici Noël, ce qui devrait éloigner le spectre de coupures d’électricité cet hiver.

À noter : ce lundi 5 septembre 2022, les marchés boursiers américains seront fermés (Labor Day), cf calendrier boursier.

 Ces bons chiffres aux USA

Le mois dernier, les Etats-Unis ont créé 315.000 emplois dans le secteur non agricole, soit un peu plus que les 298.000 attendus par le consensus, mais bien moins que les 528.000 de juillet. Le taux de chômage est, lui, en hausse de 0,2 point à 3,7%, contre une stabilité anticipée, mais les salaires n’ont pas flambé. Sur un an, ils augmentent, certes, de 5,2%. C’est moins que les 5,3% attendus par les analystes. "Le rythme plus lent des créations d’emplois en août, l’accroissement de la population active et l’augmentation plus modeste des salaires semblent favoriser une hausse des taux plus faible de 50 points de base de la FED, plutôt qu’une augmentation de 75 points de base, mais les membres accorderont beaucoup plus de poids aux données des prix à la consommation d’août", analyse Michael Pearce de Capital Economics.

 Wall Street dévisse en clôture

La bourse de New York a terminé en baisse vendredi, effrayée par l’annonce du prolongement de l’arrêt du gazoduc Nord Stream en Europe, qui fait craindre une escalade de la crise énergétique et une récession sur le Vieux continent. Le Dow Jones a perdu 1,07%, à 31.318,44 points, l’indice NASDAQ, 1,31%, à 11.630,86 points, et l’indice élargi S&P 500, 1,07%, à 3.924,26 points. Le Nasdaq a enchaîné, à cette occasion, une sixième séance de baisse consécutive, une séquence plus vue depuis plus de trois ans.

 Point sur les actions US

Dans ce climat d’aversion au risque, les valeurs les plus volatiles de la cote sont tombées les premières, de Tesla (-2,51%) à Block (-3,52%), en passant par Shopify (-3,71%) ou Meta (-3,05%), qui flirte désormais avec son plus bas niveau de l’année.
Starbucks : Wall Street a mal réagi à la désignation de Laxman Narasimhan comme nouveau directeur général de Starbucks (-2,88% à 82,94 dollars), en remplacement du dirigeant emblématique Howard Schultz en avril prochain.

  • 3M : Le cours du titre du conglomérat industriel 3M (-3,17% à 121,65 dollars) est tombé à son plus bas niveau depuis près de neuf ans, empêtré dans une affaire de malfaçons de bouchons d’oreilles destinés aux militaires. Un groupe de soldats a saisi la justice fédérale pour bloquer la scission entre les activités de santé et le reste du groupe, annoncée en juillet, ainsi que le versement de dividendes, dans l’attente du règlement de ce contentieux.
  • Broadcom : Les résultats au-dessus du consensus des analystes ont dopé le fabricant de semi-conducteurs Broadcom (+1,67% à 500,22 dollars), dont les prévisions ont aussi surpris positivement le marché.
  • Nvidia : le fabricant de cartes graphiques Nvidia a poursuivi son recul (-2,08% à 136,47 dollars) après un premier décrochage la veille. L’incertitude demeurait quant aux exportations de certains processeurs graphiques du groupe vers la Chine, que les autorités américaines ont indiqué vouloir restreindre, avant de faire volte-face.
  • Lululemon : La chaîne de vêtements de sport Lululemon caracolait (+6,70% 314,17 dollars) après la publication de résultats trimestriels meilleurs qu’attendu et de prévisions ambitieuses. Le groupe a préservé ses marges malgré l’inflation et ne souffre pas du ralentissement de la demande qui affecte d’autres enseignes.
  • Peloton : Le fabricant de vélos d’appartement et tapis de course connectés Peloton a chuté (-8,17% à 9,44 dollar) après un abaissement de recommandation des analystes d’UBS.

 Taux d’intérêts au plus haut aux USA

Aux Etats-Unis, le rendement des obligations à deux ans, qui venait tout juste d’atteindre des plus hauts niveaux depuis 2007 à plus de 3,5%, se tasse à 3,42%. Les taux d’intérêts à 10 ans américains reprennent le chemin de la hausse. Le taux des crédits immobiliers aux USA atteint désormais le seuil psychologique des 5%, un point qui va provoquer un fort ralentissement du marché immobilier.

Taux USA 10 ans (c) FranceTransactions.com

Avis

Une remarque, un témoignage, une question ?

À lire également