Le CAC40 moins vaillant ce jeudi matin, -0,72%, mais tout peut encore s’inverser

Crédit : stock.adobe.com

Publié le

La Bourse de Paris prend du recul face à un coronavirus toujours virulent (-0,72%)

A 09H37 , l’indice CAC 40 perdait 36,10 points à 4.959,87points. La veille, il avait gagné 0,88%. "La question de la propagation du coronavirus continue d’inquiéter les investisseurs, avec le spectre de plus en plus prégnant d’une nouvelle vague", a souligné Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.
"Avec l’ouverture progressive des frontières, des foyers épidémiques risquent d’apparaître un peu partout dans le monde", a-t-il poursuivi. Même si "à ce jour, la pandémie est contrôlée dans la plupart des pays européens, à l’exception du Royaume-Uni. Elle est en revanche très loin d’être sous contrôle aux Etats-Unis, au Brésil, en Russie et en Inde" et elle reste, selon lui, un facteur de baisse "potentiel majeur pour les marchés à court et à moyen terme, en tout cas tant qu’il n’y aura pas de vaccin."

La Chine et l’Inde affrontent une expansion inquiétante du nouveau coronavirus, qui poursuit en revanche son reflux enEurope où se multiplient les signes d’un retour à la normale y compris dans le sport, mais fait encore des ravages au Brésil. A Pékin, la situation épidémique est jugée "extrêmement grave" par les autorités, faisant craindre une nouvelle vague de contaminations. 137 personnes ontété contaminées depuis la semaine dernière dans la mégapole de 21 millions d’habitants.

Du côté des indicateurs, les investisseurs suivront avec intérêt la publication des demandes hebdomadaires d’allocations chômage aux Etats-Unis pour vérifier si la lente décrue se poursuit. Outre-Atlantique, l’indice d’activité manufacturière de Philadelphie est aussi au programme. Une décision de politique monétaire de la Banque d’Angleterre est également attendue.

Sur le terrain des valeurs, Fnac Darty montait de 4,38% à 36,22 euros, les investisseurs accueillant très favorablement le redémarrage de l’activité à la faveur du déconfinement et la bonne tenue des activités en ligne pendant la crise même si cette dernière a coûté 400 millions d’euros de chiffre d’affaires au distributeur.
RémyCointreau profitait (+3,31% à 121,80 euros) du relèvement de sa recommandation à "surpondérer" par Barclays.
Air France-KLM, qui perdait pour sa part 0,53% à 4,65 euros, devrait annoncer prochainement la suppression, sur la base du volontariat, de plusieurs milliers de postes chez Air France, pour faire face à l’impact de la crise liée au coronavirus sur son activité, ont affirmé mercredi à l’AFP plusieurs sources syndicales.
La Française des Jeux (FDJ) reculait de 2,26% à 30,30 euros affectée par l’annonce d’un impact sur son activité de près de 200 millions d’euros à cause du confinement.
GL Events s’enfonçait de 3,81% à 13,62 euros alors que le groupe prévoit désormais de réaliser plus de 90 millions d’euros d’économies pour faire face à l’effondrement de son activité consécutif à la pandémie.
Aéroports de Paris souffrait (-3,60% à 96,60 euros) d’un abaissement de sa recommandation à "sous pondérer" par JPMorgan.
Peugeot reculait de 0,62% à 13,56 euros. La Commission européenne a annoncé l’ouverture d’une enquête approfondie sur la fusion entre les constructeurs automobile français PSA (Peugeot, Citroà