Le CAC40 continue de prendre de l’altitude (+0,28%)

Crédit : stock.adobe.com

Publié le

 La Bourse de Paris accroît ses gains de la veille (+0,28%)

A 9H55, l’indice CAC 40 avançait de 13,98 points à 5.041,97 points. La veille, il avait gagné 2,41%.
"L’évolution des débats entre les démocrates et les républicains au Congrès au sujet du plan de soutien" et "l’évolution de la pandémie des deux côtés de l’Atlantique" restent "les sujets dominants à court terme" sur les marchés, estime Tangi le Liboux, analyste du courtier Aurel BGC.
Les nouvelles de la nuit sur le premier ont un peu refroidi Wall Street, clôturant en baisse mardi.
Le leader républicain du Sénat américain Mitch McConnell s’est montré pessimiste sur la perspective d’un accord rapide sur le plan de relance et de soutien aux personnes les plus touchées par la crise économique, que les investisseurs espèrent depuis la fin juillet.
L’allongement des négociations suscite des "craintes croissantes qu’une aide retardée, voire inexistante, n’affecte gravement les revenus" dans certains secteurs comme "l’immobilier" ou dans les "services publics", explique Ipek Ozkardeskaya, une analyste de Swissquote Bank.
Les quatre décrets signés par Donald Trump samedi, prolongeant certaines mesures d’aide pour les personnes touchées par les répercussions économiques de la pandémie, risquent d’être contestés en justice puisque c’est au Congrès que la Constitution américaine confère la plupart des décisions budgétaires du pays.

 Intensité du virus

L’évolution de la pandémie de Covid-19 aux Etats-Unis des derniers jours a laissé l’espoir d’une stabilisation suivie d’une baisse de l’intensité du virus. Cet optimisme a été un peu "relativisé", notamment par le redémarrage du nombre de nouvelles contaminations en Californie selon M. Le Liboux.
"Il se pourrait que les contaminations restent à haut niveau, sans forcément décroître à court terme", détaille-t-il.
Les craintes sur l’évolution de l’épidémie sont aussi vives en Europe, en l’absence de traitement contre la maladie. Le président américain Donald Trump a annoncé mardi un contrat de 1,5 milliard de dollars pour la livraison de 100 millions de doses du vaccin expérimental de la biotechaméricaine Moderna, le sixième contrat de ce genre depuis mai.
L’espoir d’un vaccin dans les mois à venir a contribué au regain des actions des valeurs industrielles et cycliques, les plus sensibles à la conjoncture.
Au niveau des indicateurs, la journée s’annonce calme,avec seulement l’indice des prix à la consommation aux Etats-Unis en milieu de journée. Les marchés scruteront également le discours de patron de la Réserve fédérale de Dallas, Rob Kaplan, prévu en fin de séance européenne.
Le Royaume-Uni a vu son économie subir une contraction "record" de 20,4% au deuxième trimestre et se trouve confronté officiellement à sa pire récession.
Au niveau des valeurs, les banques et assurances occupaient le devant de l’indice : Société Générale gagnait 1,55% à 14,43 euros, Crédit Agricole 1,86% à 9,20 euros, BNP 1,04% à37,89 euros et AXA 0,68% à 17,95 euros.
Après s’être rapproché de son plus bas de mars à 9,40 euros la semaine dernière, Orange continuait son rebond, progressant de 1,50% à 10,07 euros. Iliad, maison-mère de Free gagnait pour sa part 2,24% à 168,80 euros.