Le CAC 40 franchit le cap des 5.000 points, et après, la chute ou l’envolée ?

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

2La Bourse de Paris franchit le cap des 5.000 points2

A 13H43 , l’indice CAC 40 prenait 32,91 points à 4.996,61 points, soit une haussede 0,66%, dans un volume d’échanges de 1,3 milliard d’euros. La veille, il avait fini stable (+0,06%).

La cote parisienne a ouvert en léger repli, et hésité une partie de la matinée avant de s’élancer à nouveau dans le vert.

"L’indice semble s’être engagé dans un mouvement spontané et d’ordre surtout technique, dans des volumes limités" qui exacerbent comme toujours les mouvements, a estimé Alexandre Baradez, un analyste de IG France.

"La montée a aussi potentiellement été consolidée par un sondage qui donne Alain Juppé en tête du premier tour s’il se présentait à la présidentielle française", a-t-il complété.

L’alternative Alain Juppé a pris forme vendredi, alors que le maire de Bordeaux a affirmé qu’il ne "se défilerait pas" si François Fillon se retirait de la course à condition que toutes les troupes soient derrière lui, acculant encore un peu plus l’actuel candidat de la droite.

"Le marché reste par ailleurs dans l’attente de l’intervention de Janet Yellen, gros rendez-vous de la semaine, car les investisseurs vont surveiller si elle partage l’optimisme affiché par les autres membres de la Fed"à l’égard de l’économie américaine, a également noté M. Baradez.

L’hypothèse d’un relèvement des taux directeurs dès la prochaine réunion des 14 et 15 mars a ainsi largement gagné en vigueur ces derniers jours, braquant un peu plus les projecteurs sur le discours de Mme Yellen,attendu dans la soirée à Chicago.

Sur le terrain des valeurs, Gemalto bondissait de 5,59% à 60,49 euros, soutenu par un bénéfice net en hausse de 36% en 2016, à 186 millions d’euros, malgré la prévision d’une modeste progression du résultat de ses activités opérationnelles en 2017.

CGG s’enfonçait de 9,65% à 8,05 euros, pénalisé par l’annonce de la nomination d’un mandataire ad hoc pour pouvoir restructurer sa dette, devenue insoutenable dans un marché "durablement plus difficile" après des résultats marqués par la faiblesse du pétrole en 2016.

Le secteur bancaire avait le vent en poupe, Société Générale gagnant 4,31% à 46,02 euros, BNP Paribas 3,16% à 59,49 euros et Crédit Agricole 3,37% à 12,26 euros.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.