Le CAC 40 fait grise mine ce matin (-1,16%)

Crédit : stock.adobe.com

Publié le

 La Bourse de Paris recule, reprenant son souffle après la Fed (-1,16%)

Vers 9H30 , l’indice CAC 40 perdait 57,72 points à 4.919,51 points.
"Le ton prudent de la FED a ébranlé l’humeur ambiante", analyse David Madden, analyste pour CMC Markets UK.
Dans un document publié mercredi, les participants à la dernière réunion de la banque centrale américaine ont notamment souligné que "l’incertitude qui entoure les perspectives économiques (restait) très élevée, la trajectoire de l’économie dépendant fortement de celle du virus et de la réponse du secteur public à cela", c’est-à-dire de l’adoption d’un nouveau plan d’aide.
Or la Maison Blanche et les élus démocrates du Congrès discutent depuis plusieurs semaines de nouvelles mesures d’aide pour les entreprises et les ménages, ainsi que pour les collectivités locales et les écoles, sans parvenir à se mettre d’accord.
Wall Street a clôturé dans le rouge mercredi pour les mêmes raisons de prudence face à cette réaction de la Fed : le Dow Jones, a perdu 0,31%, le Nasdaq 0,57%, et l’indice élargi S&P 500 0,44%.
L’humeur était plutôt à la célébration quelques heures auparavant.

A Wall Street mardi soir et mercredi en cours de séance, les records sont tombés : les indices S&P 500 et Nasdaq ont atteint de nouveaux sommets historiques pas vus même avant la catastrophe boursière liée au Covid-19. Apple a dépassé brièvement en séance le seuil des 2.000 milliards de dollars de valeur boursière mercredi, une première pour une entreprise américaine.
Mercredi, l’indice parisien avait avancé de 0,79% à la clôture, aidé par le souffle de Wall Street.

 Seuls au sommet d’une montagne

"Avec des discussions budgétaires au point mort (au Congrès) et aucun signe de nouveau stimulus monétaire à l’horizon, les investisseurs se sont probablement sentis seuls au sommet d’une montagne" depuis mercredi soir, analyse Ipek Ozkardeskaya, analyste senior pour Swissquote Bank.
Dans ce contexte de retour sur terre, les nouvelles sur le front du virus n’incitent pas particulièrement à l’optimisme non plus. La France a enregistré ces dernières 24 heures plus de 3.700 nouveaux cas de Covid-19, une progression inédite depuis mai, et l’Allemagne a dépassé jeudi son pic de contamination en 24 heuresdepuis avril.
Parmi les valeurs du jour, legroupe d’INGénierie pétrolière TechnipFMC (-1,00% à 6,75 euros) a annoncé jeudi avoir remporté un "grand contrat" en consortium auprès du groupe brésilien Petrobras pour la construction d’installations sur un champ pré-salifère situé au large du Brésil.
Accor avançait de 2,20% à 23,67 euros. Selon une information du Figaro, le groupe hôtelier a étudié un projet de rapprochement avec son concurrent britannique Intercontinental Hotels Group, sans toutefois aller plus loin dans la discussion.
TOTAL perdait 1,60% à 32,55 euros au lendemain du maintien de l’accord de baisse de production par les pays exportateurs de pétrole (Opep+) lors d’une réunion mensuelle.