Le CAC 40 est à la baisse et repasse sous les 5.000 points (-1,71%)

Crédit : stock.adobe.com

Publié le

 La Bourse de Paris repasse sous les 5.000 points (-1,71%)

A 09H26 , l’indice CAC 40 reculait de 85,93 points à 4.947,83 points. La veille, il avait fini sur une note hésitante (-0,07%).
"L’ordre de fermer le consulat américain de Chengdu, coupléà la montée de la rhétorique anti-Chine parmi les décideurs américains engendre une nouvelle vulnérabilité sur les marchés en cette fin de semaine (...)", observe Michael Hewson, analyste pour CMC Markets.
La Chine a ordonné vendredi la fermeture du consulat des Etats-Unis dans la grande ville de Chengdu (sud-ouest), trois jours après la décision américaine de fermer le consulat de Chine à Houston considéré par Washington comme "plaque tournante de l’espionnage" chinois et "du vol de propriété intellectuelle" américaine.
Les tensions sino-américaines, déjà alimentées par les différends commerciaux et les accusations mutuelles sur l’origine du Covid-19, étaient montées d’un cran ces dernières semaines avec l’imposition par Pékin d’une loi sur la sécurité nationale à Hong Kong.

 Nouvelle ombre

Par ailleurs, les nouvelles inscriptions hebdomadaires au chômage ont progressé pour la première fois depuis leur lente décrue entamée début avril aux Etats-Unis.
"De nouvelles augmentations d’inscriptions hebdomadaires au chômage dans les deux à trois semaines prochaines (...) jetterait à nouveau une ombre sur le scénario très optimiste d’une reprise en V", à savoir un redressement aussi vif de l’économie que la contraction a été brutale, selon M. Hewson.
Les investisseurs pourront mesurer l’ampleur du redressement des économies européennes au mois de juillet au vu des premiers résultats des enquêtes auprès des directeurs d’achat (PMI) sur l’activité qui sont attendus dans la matinée.
Côté valeurs, Thales abandonnait 2,13% à 69,74 euros. Le groupe de technologie et de défense prévoit un rebond "significatif" du chiffre d’affaires au second semestre après avoir vu son bénéfice net et ses ventes plonger au premier semestre.
Dassault Aviation régressait de 2,66% à 806 euros après avoir enregistré un bénéfice net en chute de 87%. Son PDG Eric Trappier observe une "remontée forte de l’activité aérienne" dans l’aviation d’affaires ces dernières semaines.
Worldline enregistrait la plus forte baisse du CAC 40 (-5,80% à 73,08 euros), dans le sillage du repli des valeurs technologiques américaines.
Airbus se repliait de 2,88% à 63,40 euros après la mise en conformité du géant de l’aéronautique avec lesrègles de l’OMC dans le vieux conflit commercial qui l’oppose à Boeing.
GL Events était lourdement sanctionné (-9,17% à 10,50 points) son activité s’étant effondrée au deuxième trimestre.
Compagnie des Alpes s’effritait de -0,73% à 16,28 euros, son activité s’étant effondrée de 92,5% au troisième trimestre 2019-2020 mais s’améliorant régulièrement dans les parcs depuis leur réouverture.
Guerbet était pénalisé (-3,85% à 32,50) pour son chiffre d’affaires en baisse de 9,2% mais le groupe constate en juin "des signes encourageants de reprise".
Lanson-BCC, dont le chiffre d’affaires a reculé de 6,7% au premier semestre, perdait 2,27% à 17,20 euros.
Stef cédait 0,72% à 69 euros après avoir vu ses ventes plonger de 19,2% au deuxième trimestre.
OL Groupe prenait 0,91% à 2,21 euros. La holding qui chapeaute l’Olympique lyonnais, reste confiante dans sa capacité à atteindre ses objectifs financiers à l’horizon 2023/2024 "si la crise sanitaire actuelle est résolue à court terme".
Gecina avançait de 2,70% à 106,50 euros grâce à un bénéfice quasi stable au premier semestre.
Lisi montait de 4,42% à 18,90 euros, se montrant prudent sur ses prévisions pour le reste l’année après un chiffre d’affaires amputé de moitié au deuxième trimestre de son exercice.