La morosité l’emporte à la Bourse de Paris (-0,24%) avant une décision de la Fed

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

La morosité l’emporte à la Bourse de Paris (-0,24%) avant une décision de la Fed

L’indice CAC 40 a perdu 12,69 points, à 5.239,74 points, dans un volume d’échanges moyen de 3 milliards d’euros. La veille,il avait fini en hausse de 0,57%.

Après des premiers pas à l’équilibre, la cote parisienne a passé toute la séance en léger repli.

"Les nombreuses incertitudes incitent les investisseurs à limiter les prises de risques, à commencer par la réunion de la Réserve fédérale américaine et la première conférence de presse de son nouveau président, Jerome Powell", a relevé auprès de l’AFP Daniel Larrouturou, directeur général délégué de Diamant bleu Gestion.

Si le suspens est très limité concernant un relèvement des taux directeurs de la Fed, quisemble acquis pour la majorité des experts, les investisseurs nourrissent davantage d’attentes au sujet des nouvelles prévisions économiques et, surtout, du nombre de hausses que l’institution envisage cette année.

Alors que, jusqu’ici, les membres du Comité ont prévu trois haussesd’un quart de point cette année, de nombreux économistes jugent que la Fed pourrait programmer quatre relèvements.

"Les tensions commerciales qui pourraient s’aggraver entre les États-Unis et la Chine" ont également pesé, a ajouté M. Larrouturou.

En fin de séance, l’annonce par Washington et l’Union européenne qu’ils s’efforçaient de trouver une solution "acceptable", dans le conflit sur les taxes sur les importations américaines d’acier et d’aluminium n’a pas suffi à effacer toutes les craintes.

- Le secteur bancaire bousculé -

"Le secteur bancaire a en outreété pénalisé par les difficultés de Deutsche Bank", a noté M. Larrouturou.

Le géant bancaire allemand a plongé à la Bourse de Francfort dans la foulée de propos du directeur financier laissant entrevoir un premier trimestre difficile dans la banque d’investissement.

Dans son sillage, à la Bourse de Paris, Société Générale a perdu 0,80% à 45,10 euros, BNP Paribas 0,60% à 61,23 euros et Crédit Agricole 0,69% à 13,59 euros.

Les indicateurs du jour, essentiellement américains, marqués par un rebond des reventes de logements en février ou le creusement plus important que prévu du déficit des comptes courants au 4e trimestre, n’ont pas eu d’influence significative.

En matière de valeurs, Vivendi a progressé de 0,70% à 21,55 euros. Le groupe de médias, qui avait tenté de prendre le contrôle d’Ubisoft ,a jeté l’éponge en vendant sa participation de 27,27% dans le capital de l’éditeur de jeux vidéo pour 2 milliards d’euros, réalisant au passage une confortable plus-value.

Ubisoft a parallèlement trouvé un partenaire stratégique, le géant chinois de l’internet Tencent, qui va entrer à son capital à hauteur de 5%.

Les titres liés aux matières premières ont profité de la hausse des cours du pétrole. ArcelorMittal a gagné 4,09% à 27,22 euros, Vallourec 3,89% à 4,75 euros, TechnipFMC 2,92% à 25,05 euros et Total 0,69% à 46,56 euros.

Airbus a cédé0,95% à 95,51 euros. Le conseil d’administration du groupe aéronautique a annoncé qu’il désignerait le successeur de son président exécutif, Tom Enders, à la fin de l’année. Ce choix devra être entériné par l’assemblée générale 2019 des actionnaires du constructeur aéronautique.

Hermès s’est adjugé 2,43% à 464 euros, dynamisé par un bénéfice net qui a progressé de 11% l’an dernier, à 1,22 milliard d’euros, et par une marge opérationnelle "historique" de 34,6%, grâce au succès de ses sacs.

Nexans a bénéficié pour sa part (+3,13% à 44,18 euros)du relèvement de sa recommandation à "neutre" par Exane BNP Paribas contre "sous performance" auparavant.

abx/soe/cj