La Bourse de Parisévoluait dans le vert (+0,30%), dans le sillage de Wall Street

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

La Bourse de Parisévoluait dans le vert (+0,30%), dans le sillage de Wall Street

A 09H30 , l’indice CAC 40 prenait 16,98 points à 5.582,74. La veille, il avait fini ennet recul de 1,32% à 5.565,85 points.

Le rebond de Wall Street de la veille a suivi la publication des minutes de la dernière réunion de la banque centrale américaine (Fed).

"La banque centrale américaine continuerait à relever ses taux à un rythme progressif sans s’inquiéter d’un éventuel emballement de l’inflation", ont indiqué les experts de Mirabaud Securities Genève.

Ce message qui "n’exclut pas quatre hausses de taux en 2018" est "nouveau", mais il "plaît", ont-ils souligné.

"Il n’y a pas d’évènement vraiment central aujourd’hui, mais plutôt une succession d’indicateurs et de discours de banquiers centraux qui vont renforcer le panorama économique des deux côtés de l’Atlantique", a estimé de son côté Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.

Lors de la séance du jour, les regards resteront notamment tournés vers l’Europe pour la publication du compte-rendu de la dernière réunion de politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE).

"Les marchés européens ont connu une séance décevante hier", reculant sévèrement sur une combinaison de nouvelles incertitudes concernant les négociations commerciales entre les Etats-Unis et la Chine, une préoccupation croissante à propos du type de gouvernement italien et des données économiques décevantes en France et en Allemagne", a rappelé Michael Hewson, un analyste de CMC Markets.

Ces indicateurs économiques "pourraient suggérer que le ralentissement que nous avons vu au premier trimestre montre des signes de répercussion sur le deuxième trimestre et pourraient être symptomatiques d’un malaise économique plus large", a-t-il averti.

La croissance de l’activité privée en zone euro a ralenti en mai à son plus bas niveau depuis un an et demi, selon la première estimation de l’indice PMI composite du cabinet Markit publiée mercredi. En France, la croissance du secteur privé a également décéléré pour ce même mois, plombée par le secteur des services.

- Salve d’indicateurs -

Du côté des indicateurs, l’agenda s’annonce riche.

Les investisseurs prendront connaissance du rapport semestriel de la BCE sur la stabilité financière en zone euro.

Ils découvriront également le PIB détaillé allemand pour le premier trimestre. Par ailleurs, le moral des consommateurs allemands devrait continuer à être légèrement moins bon en juin, tout en se maintenant à un haut niveau, les sondés restant généralement indifférents au climat géopolitique anxiogène, selon l’étude mensuelle de l’institut GfK.

En France, le climat des affaires s’est replié en mai pour le cinquième mois consécutif, tout en se maintenant à un niveau "élevé", avec des perspectives un peu moins favorables sur le plan de l’emploi, a indiqué l’Insee. Le prix du pétrole et des matières premières importées en avril est aussi au programme.

Les acteurs de marché regarderont aussi les ventes au détail pour avril en Grande-Bretagne.

Aux Etats-Unis, ils prêteront attention aux reventes de logements en avril et aux demandes hebdomadaires d’allocation chômage.

En matière de valeurs, Euronext profitait (+2,03% à 52,65 euros)d’un relèvement de sa recommandation à "sur-performance" contre "neutre" auparavant par Exane BNP Paribas.

Engie reculait de 1,09% à 14,13 euros, malgré la signature d’un contrat pour construire avec plusieurs partenaires neuf parcs éoliens en Espagne représentant une capacité totale de 300 mégawatts (MW).

Voltalia grignotait 0,20% à 9,82 euros, profitant de l’annonce de la signature d’un contrat pour une centrale solaire de 50 MW au Kenya.

vac/ef/mcj