La Bourse de Paris toujours fragilisée par la Grèce (-0,66%)

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

2La Bourse de Paris toujours fragilisée par la Grèce (-0,66%)2

A 09H20 , l’indice CAC 40 perdait 32,92 points à 4.954,21 points. La veille, il avait déjà nettement reculé de 0,93%.

"Les négociations entre les créanciers et Athènes restent difficiles", soutiennent dans une note les stratégistes du courtier Aurel BGC.

Le gouvernement grec a reporté au 30 juin, soit à l’expiration du plan d’aide internationale à la Grèce, le remboursement des sommes qu’elle doit ce mois-ci au FMI, ce qui lui permet de gagner du temps pour se mettre d’accord avec ses créanciers.

"La Grèce a de nouveau acheté du temps mais il ne faut pas oublier non plus, au-delà des négociations, que le Premier ministre grec devra ensuite convaincre son parti et le Parlement de voter un éventuel accord", poursuit le courtier.

En dehors du dossier grec, les investisseurs auront fort à faire avec le rapport mensuel sur l’emploi américain.

"L’attention va se tourner vers les derniers chiffres sur l’emploi américain, qui restent l’une des données-clés" pour que la Réserve fédérale américaine (Fed) détermine le calendrier d’une remontée de ses taux directeurs, fait remarquer Stan Shamu, un stratégiste de IG.

La deuxième estimation de la productivité au premier trimestre ainsi que le crédit à la consommation en avril sont également à l’agenda, tandis que les publications d’indicateurs en Europe sont peu étoffées.

En Allemagne, les commandes industrielles ont grimpé de 1,4% en avril sur un mois tandis que la Bundesbank, la banque centrale allemande, a nettement relevé ses prévisions de croissancepour la première économie européenne en 2015 et 2016, prenant acte d’un redémarrage de l’activité plus rapide que prévu en début d’année.

Par ailleurs, la production industrielle a augmenté de 1,8% en Espagne en avril.

Dans ce contexte chargé, "la volatilité sera potentiellement forte sur les différentes classes d’actifs, à commencer par les devises et les taux", avance Aurel BGC.

Du côté des valeurs, TF1 (+1,10% à 15,22 euros) profitait d’un relèvement de recommandation à "surpondérer" contre "neutre" auparavant par les analystes de JPMorgan,tout comme Legrand (+0,71% à 61,40 euros) dont la recommandation a été relevée à "acheter" contre "neutre" auparavant par UBS.

De son côté, Saint-Gobain perdait 0,24% à 52,35 euros. Le groupe a reçu "cinq offres fermes" pour sa filiale d’emballage de verre Verallia et dit espérer boucler la vente au troisième trimestre, selon son PDG Pierre-André de Chalendar, qui a par ailleurs assuré que son groupe serait "le meilleur actionnaire dont pouvait rêver" la société chimique suisse Sika et appelé à des "discussions constructives" pour sortir de l’enlisement.

Albioma reculait de 2,34% à 17,97 euros après l’annonce de la cession à ses actionnaires par le fonds d’investissement Apax Partners de 95% de sa participation dans le producteur français d’électricité, ce qui équivaut à environ 30% de son capital.

Certains poids lourds pesaient enoutre sur la cote à l’image de Total (-1,47% à 44,83 euros) et Sanofi (-1,09% à 90,16 euros).

cc/fpo/mml

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.