La Bourse de Paris termine en timide hausse (+0,13%)

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

La Bourse de Paris termine en timide hausse (+0,13%)

L’indice CAC 40 a progressé de 6,87 points à 5.238,72 points, dans un volume d’échanges limité de 3 milliards d’euros. La veille, il avait fini en hausse de 0,31%.

La cote parisienne a ouvert légèrement dans le rouge avant d’effacer ses pertes et de s’installer en territoire positif.

Le marché a "profité de l’ouverture positive de Wall Street après des +futures+ qui étaient orientés à la baisse", a expliqué auprès de l’AFP Daniel Larrouturou, directeur général délégué de Diamant bleu Gestion.

Reste que, passé le soulagement du report par les Etats-Unis de la date butoir pour le relèvement des droits de douane supplémentaires sur les importations chinoises, les investisseurs "attendent des choses plus concrètes sur le dossier des discussions commerciales", a-t-il ajouté.

Dans l’intervalle, ils "continuent de réagir principalement aux publications de résultats qui ont été plutôt mitigées, en particulier avec Peugeot et Thales dont les perspectives sont ressorties un peu en dessous de ce qu’attendait le marché", a relevé M. Larrouturou.

Ainsi, selon lui, le contexte peut "être propice à une phase d’accalmie sur lemarché, qui a beaucoup progressé (depuis le début de l’année) et attend la concrétisation des anticipations qui ont permis cette hausse pour aller de l’avant".

De son côté, le président de la Banque centrale américaine Jerome Powell a averti mardi que l’inflation aux Etats-Unis allait ralentir quelque temps et signalé à nouveau que la Fed surveillait de près "les problèmes non résolus" comme le Brexit et les négociations commerciales avec la Chine.

La Première ministre britannique Theresa May a annoncé quant à elle qu’elle laisserait aux députés le choixd’un éventuel report du Brexit pour éviter une sortie sans accord de l’Union européenne, le 29 mars, cédant aux pressions, y compris de son propre camp.

Outre le dossier commercial sino-américain, les investisseurs vont s’intéresser aux préparatifs de la deuxième rencontre entre Kim Jong Un et Donald Trump au Vietnam mercredi et jeudi.

En matière macroéconomique, les investisseurs ont également eu plusieurs indicateurs à digérer.

La confiance des consommateurs aux Etats-Unis, mesurée par le Conference Board, s’est nettement améliorée en février,après un plus bas enregistré en janvier, mettant fin à une baisse continue ces derniers mois.

Le moral des consommateurs allemands devrait pour sa part rester stable en mars malgré une chute des perspectives de la croissance, selon l’étude mensuelle de l’institut GfK.

Enfin,les mises en chantier de logements aux Etats-Unis ont diminué plus que prévu en décembre sous l’effet notamment d’une hausse des prix des matériaux de construction.

- L’automobile en panne -

En matière de valeurs, Peugeot a perdu 2,94% à 22,09 euros en dépit d’un bénéfice net "historique" pour 2018, en hausse de 47% à 2,83 milliards d’euros et de l’annonce d’un objectif de rentabilité opérationnelle de ses activités automobiles supérieure à 6% à l’horizon 2021.

Le reste du secteur automobile a également terminé dans le rouge. Renault a reculé de 0,53% à 60,47 euros, Faurecia de 0,96% à 42,17 euros, Plastic Omnium de 1,97% à 24,85 euros, Valeo de 0,69% à 28,60 euros et Michelin de 0,05% à 105,85 euros.

Thales a reflué de 1,01% à 107,90 euros, même si le groupe a dépassé tous ses objectifs en 2018 avec un bénéfice net en hausse de 44% à 982 millions d’euros et une rentabilité opérationnelle de 10,6%, jamais atteinte jusque-là.

Total a gagné en revanche 0,38% à 49,70 euros. Total Eren, détenu à 23% par le géant pétrolier, a annoncé mardi l’acquisition du producteur d’électricité renouvelable basé au Luxembourg NovEnergia Holding Company (NHC), surtout présent dans le sud de l’Europe.

jra/ef/LyS