La Bourse de Paris termine dans le rouge, lestée par le pétrole (-0,43%)

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

2La Bourse de Paris termine dans le rouge, lestée par le pétrole (-0,43%)2

L’indice CAC 40 a perdu 19,27 points à 4.438,22 points, dans un volume d’échanges de 3,27 milliards d’euros. La veille, il avait progressé de 0,75%.

La cote parisienne a passé la majeure partie de la séance dans le vert, dopée par de bonnes publications dans le secteur des télécoms, avant de changer de cap après une hausse plus forte que prévue des stocks hebdomadaires depétrole brut outre-Atlantique, qui a accentué la baisse des cours de l’or noir, pénalisant du coup les valeurs liées aux matières premières.

"Le marché s’appuyait beaucoup sur le pétrole depuis hier, ce n’est pas étonnant qu’il réagisse ainsi", commente auprès de l’AFP Andrea Tuéni, analyste pour Saxo Banque.

"A cela s’ajoutent des marchés actions américains défensifs", précise-t-il. Aux Etats-Unis, l’enquête mensuelle ADP a montré des créations d’emploi à un niveau plus élevé que prévu, alimentant de nouveau les spéculations sur le calendrier d’unrelèvement des taux d’intérêt par la Réserve fédérale.

Les investisseurs attendent surtout les chiffres mensuels de l’emploi qui seront publiés vendredi aux Etats-Unis.

"Un très bon rapport sur l’emploi pourrait ouvrir la porte en grand à une hausse des taux d’intérêtaméricains en septembre. Tant qu’il n’y aura pas de réponse à cette question, le marché risque de rester sur la dynamique un peu molle qui le caractérise depuis le début de l’été, sans visibilité", ajoute M. Tuéni.

La séance a été animée en outre par de nombreux indicateurs des deux côtés de l’Atlantique. Aux Etats-Unis, les promesses de ventes de logements ont fait un bond plus important qu’attendu en juillet, tandis que l’activité dans la région de Chicago s’est affichée moins forte que prévu en août.

En zone euro, l’inflation en août et le chômageen juillet sont restés stables. Ces chiffres jugés décevants devraient accroître la pression sur la BCE pour relancer l’économie.

En France, les prix à la consommation ont augmenté au mois d’août selon des données provisoires, tandis qu’au Royaume-Uni, la confiance des consommateurs britanniques s’est redressée en août, restant néanmoins inférieure à son niveau d’avant le vote pour le Brexit.

Du côté des valeurs, Airbus a gagné 1,65% à 52,29 euros, poussé par une commande ferme de 5 monocouloirs A321 par le loueur d’avions BOC Aviation pour un montant au prix catalogue de 574,5 millions de dollars.

BioMérieux a pris 8,21% à 136,65 euros, dopé par des résultats financiers en forte hausse au premier semestre.

Bouygues a gagné pour sa part 1,08% à 28,43 euros après un bénéfice net de 152 millions d’euros au deuxième trimestre, en hausse de 32%.

Iliad, maison mère de Free, a progressé de 4,14% à 184,85 euros, profitant d’une hausse de 17% de son bénéfice net au premier semestre.

Dans leur sillage, Orange a pris 1,22% à 13,69 euros et SFR Group 5,58% à 23,85 euros.

Les valeurs financières ont par ailleurs poursuivi leur rebond dans l’anticipation d’un relèvement des taux d’intérêt américains, qui profiterait aux établissements financiers. BNP Paribas a pris 0,56% à 45,61 euros, Société Générale 1,43% à 32,65 euros, Crédit Agricole 2,38% à 8,49 euros et Axa 2,65% à 18,82 euros.

Les titres liés au secteur des matières premières ont marqué le pas, à l’image de Total (-1,71% à 42,75 euros), ArcelorMittal (-3,71% à 5,29 euros) ou Vallourec (-3,59% à 3,97 euros).

mlm/vab/csg

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.