La Bourse de Paris tente de rebondir après deux jours de baisse (+0,78%)

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

2La Bourse de Paris tente de rebondir après deux jours de baisse (+0,78%)2

A 09H20 , l’indice CAC 40 prenait 32,98 points à 4.243,14 points, après deux jours de baisse. Vendredi, il avait terminé sur une très forte baisse de 2,38%, au plus bas depuis un an.

Le marché parisien relevait prudemment la tête, le rebond restant modeste après un plongeon de 9% depuis le 1er janvier à l’unisson des marchés mondiaux.

"Déjà deux semaines en 2016 et ce n’est pas très beau à voir pour les investisseurs, avec des prix du pétrole en baisse de 20% et des marchés boursiers mondiaux en recul de 10%", remarque Michael Hewson, analyste chez CMC Markets.

Selon lui, le risque est grand de voir "de nouvelles pertes dans les prochaines semaines,alors que la Chine et les prix du pétrole occupent encore une fois le devant de la scène".

Le marché parisien ne trouvera pas de soutien dans Wall Street qui restera fermée en raison d’un jour férié, après avoir lourdement rechuté vendredi. Les places asiatiques étaient quant à elles très hésitantes.

Les investisseurs scruteront les prix du pétrole, qui sont tombés brièvement a un nouveau plus bas lundi, le Brent passant sous les 28 dollars en Asie sur fond de craintes d’une surabondance de l’offre après la levée de la plupart des sanctions occidentales contre l’Iran.

La Chine sera également très suivie à la veille de la publication d’indicateurs importants, dont la croissance pour le quatrième trimestre, la production industrielle et les ventes au détail.

Depuis le début de l’année, les marchés sont déstabilisés par lessignaux montrant un fort ralentissement de la deuxième économie mondiale, tout en s’interrogeant sur l’efficacité des mesures de relance des autorités chinoises.

Pour Christopher Dembik, économiste chez Saxo Banque, "la mauvaise passe de la semaine dernière a toutes les chances de se poursuivre en Bourse", alors que le marché se prépare par ailleurs à une réunion de la Banque centrale européenne (BCE) jeudi.

"Les attentes sont, comme toujours, fortes pour que de nouvelles mesures soient prises. Une action est exclue dès le mois de janvier, et peu probable lorsde la réunion de mars prochain", ce qui pourrait être "un nouveau motif de déception pour les marchés financiers", explique-t-il.

Parmi les valeurs, le secteur pétrolier évoluait en ordre dispersé. Total prenait 0,41% à 37,81 euros, mais Technip perdait 0,12% à 38,38 euros, CGG 3,53% à 0,82 euro et Maurel et Prom 3,94% à 2,44 euros.

Renault perdait 0,11% à 75,05 euros après avoir été lourdement sanctionné en fin de semaine dernière. Le constructeur a enregistré une hausse de 3,3% de ses ventes mondiales en 2015 à 2,8 millions d’unités. Par ailleurs, desreprésentants de Renault se rendent devant la commission technique indépendante mise en place par le gouvernement après le scandale Volkswagen, et qui a relevé des dépassements de seuils de pollution chez le groupe français.

Casino était en forte baisse (-3,81% à 38,51 euros), alors que l’agence Standard and Poor’s a menacé d’abaisser la note du groupe, qui se retrouverait alors en catégorie "spéculative".

Plusieurs recommandations d’analystes animaient le marché.

CNP Assurances profitait (+3,34% à 11,46 euros) d’une note de Nomura et Eutelsat (+1,14%à 26,98 euros) de commentaires de la banque HSBC.

Kering (+1,42% à 143,15 euros) et LVMH (+1,60% à 139,60 euros) bénéficiaient d’un relèvement de recommandation par Goldman Sachs.

EDF perdait 1,43% à 11,70 euros. Le groupe va passer une charge d’environ 800 millions d’euros dans ses comptes 2015, qui réduira de l’ordre de 500 millions d’euros son bénéfice net annuel, suite à la décision de la ministre de l’Energie Ségolène Royal fixant à 25 milliards d’euros le coût du centre d’enfouissement de déchets nucléaires Cigéo.

Areva lâchait 2,56% à4,34 euros après avoir indiqué de son côté que cette nouvelle évaluation, supérieure aux estimations initiales, allait le conduire à passer une provision supplémentaire de l’ordre de 250 millions d’euros.

Coface grignotait (+0,29% à 9,12 euros). Le directeur général de l’assureur-crédit, Jean-Marc Pillu, sera remplacé le 9 février prochain par Xavier Durand, issu de GE Capital.

jbo/cb/mcj

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.