La Bourse de Paris tente de regagner du terrain sans oublier la guerre commerciale (+0,26%)

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

La Bourse de Paris tente de regagner du terrain sans oublier la guerre commerciale (+0,26%)

A 09H38 , l’indice CAC 40 prenait 13,98 points à 5.297,84 points. La veille, il avait fini en forte baisse de 1,92%.

Les indices européens tentent "un rebond timide à l’ouverture", aidés par les propos de Peter Navarro, le conseiller économique du président américain, "qui a tenté de relativiser les intentions prêtées à l’administration Trump de restreindre les investissements réalisés outre-Atlantique par les entreprises étrangères et d’encadrer celles détenues en partie par des capitaux chinois", ont souligné les analystes de Aurel BGC.

"Il est certain que la baisse sérieuse de Wall Street pourrait inviter la Maison Blanche à plus de prudence, sachant que Donald Trump suit de près les évolutions de la Bourse", ont-ils ajouté.

"Mais il est également certain également que le protectionnisme américain pourrait provoquer des dégâts importants, en particulier si les mesures évoquées sont appliquées. Il ne serait alors pas forcément aisé de revenir en arrière dans un second temps", selon eux.

Malgré des marchés américains en baisse, "les places européennes devraient avancer mardi. Pour autant il n’y a pas de changements fondamentaux, et il est peu probable que ce soit autre chose qu’un sursaut provisoire", a également estimé Jasper Lawler, un analyste de London Capital Group.

Sur le plan commercial, aucune accalmie n’apparaît pour le moment à l’horizon.

L’administration Trump pourrait même faire grimper d’un cran les tensions commerciales avec la Chine avec la publication prévue en fin de semaine d’un rapport du gouvernement sur d’éventuellesrestrictions aux investissements chinois sur le territoire américain.

Selon la presse, ces restrictions, qui pourraient être annoncées le 29 juin, visent à empêcher des entreprises chinoises d’acquérir des entreprises américaines versées dans les technologies. D’autres mesures pourraient aussi bloquer de nouvelles exportations technologiques vers la Chine.

Du côté des indicateurs, l’agenda est très dégarni, à l’exception de la confiance des consommateurs (Conference Board) en juin qui constituera la principale statistique de la journée.

- Bond d’Eurofins -

En matière de valeurs, les secteurs les plus pénalisés lundi retrouvaient des couleurs.

Les titres automobiles se ressaisissaient, ainsi Peugeot gagnait 0,50% à 20,23 euros, tout comme Renault (+0,60% à 75,20 euros). Renault a par ailleurs vu sa recommandation relevée à "neutre" par MorganStanley.

Les valeurs technologiques ont aussi rebondi. STMicroelectronics progressait de 1,48% à 19,52 euros et Soitec 0,98% à 77 euros.

Le secteur pétrolier se portait mieux aussi, dans le sillage des cours du brut, à l’exemple de TechnipFMC en hausse de 1,32% à 26,80 euros.

Eurofins bondissait de 5,51% à 440,40 euros, dynamisé par l’annonce d’un relèvement de ses objectifs de chiffre d’affaires pour les trois prochaines années.

JCDecaux profitait (+0,49% à 28,98 euros) de l’annonce du rachat de son homologue australien APN Outdoor, pour un montant de 714 millions d’euros.

M6 bénéficiait (+1,07% à 18 euros) de l’annonce de la vente du site Monalbumphoto, qu’il avait acquis en 2010, à l’entreprise néerlandaise Albelli, un autre spécialiste de l’album photo en ligne.

Elior Group baissait par contre de 3,40% à 13,65 euros. Le groupe de restauration collective et commerciale a annoncé viser une croissance organique supérieure à 3% par an en moyenne sur la période 2019-2021, espérant tourner la page d’un premier semestre 2017-2018 décevant.

abx/ef/nas