La Bourse de Paris temporise au lendemain d’une forte baisse (-0,09%)

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

2La Bourse de Paris temporise au lendemain d’une forte baisse (-0,09%)2

A 09H22 , l’indice CAC 40 perdait 4,32 points à 4.969,75 points. La veille, il avait lâché 2,12% et terminé sous 5.000points pour la première fois depuis mars.

"L’euro revient à proximité des 1,1250 dollar et les taux souverains en Europe poursuivent leur progression ce matin. Voilà un cocktail qui pourrait de nouveau peser sur les actions", résume le courtier Aurel BGC.

Des prises de bénéfices se font sentir en zone euro depuis plusieurs jours, y compris sur le marché obligataire où les taux d’emprunt remontent en flèche, après un début d’année très favorable.

En outre, "le dossier grec, sur lequel la visibilité reste très faible et les inquiétudes se renforcent, contribue à ce mouvement de retrait", remarquent les stratégistes chez Crédit Mutuel-CIC.

Les investisseurs s’inquiètent de la tournure des discussions entre la Grèce et ses créanciers, lesquelles n’ont pas de chances d’aboutir dans l’immédiat compte tenu de dissensions entre Européens et FMI.

Le FMI plaide pour un effacement d’une partie de la dette grecque, ce que les Européens refusent, alors que le temps presse pour trouver un accord afin d’éviter que la Grèce soit à court d’argent. Le pays doit en particulier rembourser 200 millions d’euros au FMI ce mercredi.

"Après une éclaircie, le ciel s’obscurcit de nouveau au-dessus de la Grèce" et "la confusion est une nouvelle fois totale", selon Crédit Mutuel-CIC.

Plusieurs indicateurs seront par ailleurs suivis par les investisseurs, même si les dernières statistiques ont eu peud’impact sur la tendance.

Le marché regardera les indices PMI définitifs pour avril en zone euro, ainsi que le commerce de détail en mars.

Aux Etats-Unis, seront surtout scrutés les chiffres ADP de l’emploi dans le secteur privé pour avril, qui serviront de prélude au rapport mensuel sur l’emploi attendu vendredi.

Enfin, le début de séance était animé par une série de résultats d’entreprises, diversement reçus par le marché.

Société Générale souffrait (-3,31% à 43,29 euros), l’impact plus fort que prévu de la Russie l’emportant sur une hausse du bénéfice net au premier trimestre.

Solvay perdait 1,90% à 131,55 euros malgré un bénéfice net en hausse de 49% au premier trimestre.

Arkema lâchait 1,27% à 71,00 euros. Le bénéfice net a chuté de 35,4% au premier trimestre, mais s’est déclaré confiant pour le reste de l’année.

CGG était en légère baisse (-0,70% à 6,64 euros) après être resté dans le rouge au premier trimestre avec une perte nette de 55 millions de dollars.

Thales perdait 1,31% à 53,39 euros. Le groupe a pourtant confirmé ses objectifs pour 2015 aprèsune hausse de 4% de son chiffre d’affaires au premier trimestre.

En revanche, Aperam bondissait (+6,53% à 36,24 euros) après avoir vu son bénéfice net plus que doubler au premier trimestre.

Alstom était en nette hausse (+2,09% à 28,38 euros). Le groupe a accusé une perte nette de 719 millions d’euros au cours de son exercice décalé 2014/15, affecté par des éléments exceptionnels.

Bureau Veritas gagnait 2,05% à 21,14 euros après avoir confirmé ses objectifs 2015 dans la foulée d’un chiffre d’affaires trimestriel en hausse de 19,1%.

CréditAgricole perdait 0,26% à 13,51 euros après avoir vu son bénéfice net croître de 2,6% au premier trimestre, soit plus que prévu.

Enfin, Carmat chutait (-9,00% à 64,83 euros) à sa reprise de cotation après avoir été suspendu la veille. Son coeur artificiel, dont était porteur lepatient mort samedi, a connu un "dysfonctionnement" au niveau de ses moteurs, selon le groupe, confirmant une défaillance technique.

jbo/cb/mml

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.