La Bourse de Paris temporise (-0,21%),échaudée par Wall Street

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

La Bourse de Paris temporise (-0,21%),échaudée par Wall Street

A 10H00 , l’indice CAC 40 reculait de 11,75 points à 5.502,07 points. La veille, il avait fini stable (+0,07%).

Après une ouverture en trombe mardi ayant propulsé le Dow Jones au-dessus des 26.000 points pour la première fois de son histoire, Wall Street a vu sa fulgurante progression rapidement s’essouffler, entraînant les indices européens dans son sillage.

"Il n’y avait pas de catalyseur immédiat pour la forte baisse d’hier mis à part une certaine faiblesse des marchés de matières premières, mais l’incapacité des marchés américains à conserver ces gains pourrait suggérer un repli à venir, après le fort démarrage de cette année", a estimé Michael Hewson, un analyste de CMC Markets.

Toutefois, "le retour de la prudence à très court terme n’est pas un signal d’alerte dans l’immédiat, en tout cas pas tant que les marchés ne s’emparent pas d’une thématique potentiellementbaissière", ont tempéré de leur côté les stratégistes du courtier Aurel BGC.

Sur le front des indicateurs, l’inflation du mois de décembre (deuxième estimation) en zone euro, la production industrielle aux Etats-Unis pour ce même mois et le Livre Beige de la Fed seront au menu dela séance.

"La publication de l’inflation en zone euro ce matin (à la fois IPC et inflation sous-jacente) aura un intérêt certain pour les investisseurs puisqu’il s’agit d’une énième statistique prompte à influencer la Banque centrale européenne", a souligné Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.

Pour la première fois depuis dix ans, les immatriculations de voitures neuves dans l’Union européenne ont franchi en 2017 la barre des 15 millions, en hausse de 3,4% par rapport à 2016, selon les statistiques de l’Association des constructeurs européens (ACEA) publiées mercredi.

En matière de valeurs, Europcar bondissait de 5,95% à 10,59 euros après avoir réitéré son ambition d’atteindre au moins 3 milliards d’euros de revenus et 14% de marge d’exploitation Ebitda ajustée d’ici la fin de 2020.

Fnac Darty s’enfonçait à l’inverse de 7,41% à 93,05 euros à la suite de l’annonce d’une opération financière sur ses titres, dite de "couverture", par Vivendi (-0,76% à 23,62 euros).

Casino reculait de 4,30% à 48,56 euros, lesté par un chiffre d’affaires 2017 de 37,8 milliards d’euros, en croissance de 5%, mais inférieur aux attentes.

Alstom prenait 0,67% à 36,05 euros alors que le constructeur ferroviaire a publié mercredi un chiffre d’affaires en hausse de 6% pour son troisième trimestre décalé 2017/18, à 1,761 milliard d’euros, et a confirmé ses objectifs pour 2020.

Airbus ne profitait pas (-0,30% à 89,70 euros) d’une commande de 80 avions A320 pour un montant de 9,3 milliards de dollars par la compagnie aérienne mexicaine Volaris.

Ingenico ne bénéficiait pas (-2,61% à 90,98 euros) de l’annonce mercredi de la signature d’un accord en vue du rachat du réseau de paiement néo-zélandais Paymark pour un montant de 190 millions de dollars néo-zélandais (environ 112 millions d’euros).

EDF progressait de 1,67% à 10,99 euros. L’énergéticien et le groupe d’Abu Dhabi Masdar ont annoncé mardi qu’ils envisageaientde travailler ensemble dans le domaine de l’électricité en Afrique sub-saharienne.

Virbac se repliait de 3,47% à 116,80 euros, malgré le fait que le groupe de santé animale est parvenu à tenir son objectif d’un chiffre d’affaires globalement stable sur un an en 2017, à taux de change constants, à la faveur de ventes dynamiques au quatrième trimestre.

Pierre et Vacances/Centers Parcs gagnait 1,85% à 44,00 euros, profitant d’une progression des ventes du groupe de 5,4% au premier trimestre (octobre-décembre), à 306,7 millions d’euros, la société prévoyant déjàune activité touristique en progression sur le trimestre suivant.

GL Events grappillait 0,19% à 26,05 euros. Le groupe spécialisé dans la logistique des grands événements a désormais le milliard d’euros d’activité en ligne de mire après être parvenu à stabiliser son chiffre d’affaires pendant l’année 2017.

jra/soe/psb