La Bourse de Paris sur ses gardes (-0,24%) après la Fed et avant le G20

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

La Bourse de Paris sur ses gardes (-0,24%) après la Fed et avant le G20

A 09H29 , l’indice CAC 40 se repliait de 13,34 points à 5.501,23 points. La veille, il avait fini en petit recul de 0,13%.

"La politique monétaire américaine ne sera sans doute pas aussi accommodante que prévu", a observé dans une note Tangi Le Liboux, un stratégiste du courtier Aurel BGC.

"En prévenant que la Fed est indépendante, une manière de rappeler à Donald Trump qu’elle est seule juge de son action, et qu’il ne faut pas réagir avec excès à certaines données à court terme, Jerome Powell a refroidi les ardeurs des investisseurs", a-t-il complété.

La Fed, qui a laissé le 19 juin dernier les taux inchangés, "veut en voir plus" et "ne pas surréagir" en assouplissant immédiatement sa politique monétaire, a expliqué mardi son président Jerome Powell.

L’institution "réfléchit" à une éventuelle baisse des taux, a-t-il toutefois affirmé, même si pour l’instant, le tableau de l’économie américaine reste "favorable".

Par ailleurs, "le risque géopolitique, avec un maintien des tensions entre Washington et Téhéran, a (aussi) pénalisé l’appétit pour le risque" des investisseurs dont "le mot d’ordre est la prudence", a estimé de son côté Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.

Le ton est encore monté d’un cran mardi entre les Etats-Unis et l’Iran, moins d’une semaine après que Téhéran eut abattu un drone américain, la République islamique ayant annoncé qu’elle comptait s’affranchir davantage de l’accord de 2015 sur le nucléaire.

Le président iranien Hassan Rohani a toutefois déclaré à son homologue français Emmanuel Macron que son pays ne cherchait "la guerre avec aucun pays", pas même les Etats-Unis, rapporte mercredi l’agence officielle iranienne Irna.

"Le dernier point que l’on peut souligner est l’attentismed’une partie des investisseurs à l’approche du G20 d’Osaka", a ajouté M. Dembik.

"Washington s’est évertué ces derniers jours à souligner que le dialogue continue avec Pékin mais il suffit de lire la presse chinoise pour constater qu’il y a une vraie rupture de la confiance entre les deux parties, ce qui reporte sine die la perspective d’un vrai accord commercial Chine-USA", selon lui.

Du côté des indicateurs macroéconomiques, l’indice de confiance des ménages en France a continué de progresser en juin, dépassant sa moyenne de longue période pour la premièrefois depuis avril 2018.

En Allemagne, le moral des consommateurs devrait continuer à s’assombrir en juillet, face à la crainte montante d’un retournement sur le marché du travail, selon le baromètre de l’institut GfK.

Aux Etats-Unis, les commandes de biens durables pour maiet le niveau hebdomadaire des stocks de pétrole complèteront l’agenda.

- Les matières premières montent -

Sur le front des valeurs, les titres liés aux matières premières (métaux ou pétrole) étaient bien orientés, à l’instar de ArcelorMittal (+1,83% à 15,26 euros), TechnipFMC (+1,38% à 22,05 euros), Eramet (+0,94% à 56,04 euros), Vallourec (+1,39% à 2,48 euros) ou encore CGG (+0,85% à 1,60 euro). Nexans (+0,84% à 28,81 euros) et Aperam (+0,87% à 24,22 euros) progressaient également.

Imerys prenait pour sa part 0,18% à 45,60 euros après avoirannoncé mardi la nomination de l’ancien PDG d’Alstom Patrick Kron comme nouveau président de son conseil d’administration, avec effet immédiat.

Schneider Electric grappillait 0,36% à 78,34 euros. Le géant des équipements et solutions pour l’énergie veut s’acheminer vers un taux de marge opérationnelle de 17% à l’horizon 2021 et après cette date, il vise une hausse de plus de 0,2 point de pourcentage par an.

Genfit creusait ses pertes (-1,69% à 17,50 euros) après avoir déjà reculé la veille dans le sillage de l’annonce d’un gros accord de licence en Chine pourson candidat-médicament phare Elafibranor.

CNP Assurances cédait 0,45% à 19,80 euros tandis que l’Autorité des marchés financiers (AMF) a accordé mardi une dérogation à La Banque postale pour qu’elle puisse prendre le contrôle de CNP Assurances sans passer d’offre publique d’achat (OPA), ouvrant la voie à la constitution du futur pôle public de bancassurance.

Hopscotch gagnait 0,69% à 8,76 euros à la faveur d’une participation qui va passer de 30,5% à 66% au sein de l’agence Sopexa, spécialisée dans le secteur de l’alimentation.

Carbios perdait 13,60% à 6,48 euros à la suite de la levée de près de 14,5 millions d’euros lors d’une augmentation de capital, dont le produit doit servir pour l’essentiel à construire un démonstrateur industriel de son procédé de recyclage biologique des plastiques PET.

jra/ef/nth