La Bourse de Paris soutenue par l’Asie et les espoirs sur le commerce (+0,89%)

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

La Bourse de Paris soutenue par l’Asie et les espoirs sur le commerce (+0,89%)

A 09H26 , l’indice CAC 40 avançait de 47,23 points à 5.343,49 points. La veille, il avait fini près de l’équilibre (-0,09%).

Wall Street a clôturé en hausse jeudi, profitant d’une stabilisation des taux d’intérêt sur le marché obligataire américain et de la reprise des négociations entre Pékin et Washington sur le front de la guerre commerciale.

"Les marchés européens sont soutenus par la bonne tenue de l’Asie et les contrats à terme américains", observe Tangi Le Liboux, stratégiste du courtier Aurel BGC.

Cett séance, la dernière de la semaine, du mois et du trimestre est "une journée décisive pour le Brexit", souligne-t-il.

Les députés britanniques devaient examiner dans la matinée pour la troisième fois le Traité de retrait de l’Union européenne négocié entre Londres et Bruxelles qu’ils ont déjà rejeté par deux fois.

Jouant sa dernière carte, Theresa May a mis sa démission dans la balance pour convaincre les députés d’adopter cet accord alors que la date de sortie de l’Union Européenne était censée avoir lieu ce vendredi.

Un nouveau rejet risque de conduire à une sortie sans accord le 12 avril, un scénario redouté par les milieux d’affaires qui mettrait brutalement fin à 46 ans d’appartenance du Royaume-Uni à l’UE.

L’adoption du texte au Parlement offrirait à Londres un report de la date du Brexit au 22 mai, soit à la veille des élections européennes.

Sur le front commercial, une délégation américaine de haut niveau était en négociations vendredi à Pékin, avant une poursuite des discussions la semaine prochaine à Washington.

"Les marchés vont regarder de près les avancées commerciales alors que la délégation américaine est arrivée hier à Pékin. Les choses pourraient s’accélérer rapidement, les marchés ne veulent pas imaginer que la délégation revienne à Washington sans des propositions fermes", soulignent des experts de Saxo Banque.

Pékin et Washington tardent à mettre un terme à leur guerre commerciale enclenchée l’an passé. Le conflit douanier s’est matérialisé par des droits de douane punitifsréciproques sur des centaines de milliards de dollars de marchandises.

Côté statistiques, les investisseurs examineront aux Etats-Unis les dépenses et revenus des ménages, les ventes de maisons neuves pour février ainsi que la confiance du consommateur de l’Université du Michigan (mars).

En France, l’inflation a ralenti à 1,1% sur un an en mars. La consommation des ménages a fléchi de 0,4% en février, repartant à la baisse après un rebond de 1,4% en janvier, en raison notamment d’un recul de la consommation d’électricité.

- BNP Paribas aidé par une plus-value -

BNP Paribas avançait de 1,23% à 42,50 euros, soutenu par une plus-value nette d’impôt "d’environ 300 millions d’euros" au premier trimestre grâce à une nouvelle cession de titres de la société indienne d’assurance vie SBI Life.

Thales gagnait 1,38% à 106,55 euros après le succès de son offre publique d’achat sur Gemalto.

Nexity progressait de 1,04% à 42,92 euros après l’annonce de son PDG Alain Dinin, qui compte renoncer à ses fonctions de directeur général dans le cadre d’une réforme de la gouvernance.

Vranken-Pommery Monopole cédait 0,86% à 23 euros, désavantagé par le recul de plus de moitié de son bénéfice net en 2018 sur fond de ventes stables.

Valeo gagnait 0,94% à 25,73 euros, aidé par la montée au capital de l’Etat qui devient l’un de ses principaux actionnaires.

Cellnovo prenait 2,11% à 0,387 euro après l’annonce de l’arrêt des activités de production et de commercialisation au profit de la recherche de nouveaux partenaires et investisseurs.

pan/tq/spi