La Bourse de Paris soutenue (+0,39%) par des fondamentaux au beau fixe

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

La Bourse de Paris soutenue (+0,39%) par des fondamentaux au beau fixe

L’indice CAC 40 a progressé de 20,63 points à 5.350,44 points, dans un volume d’échanges faible de 2,8 milliards d’euros. Vendredi, il avait fini en progression de 0,68%.

La cote parisienne, après avoir ouvert proche de l’équilibre et s’y être maintenue une bonne partie de la séance, a accéléré la cadence après l’arrivée des investisseurs américains, faisant peu de cas des tensions politiques en Espagne.

"Ces éléments qui, il y a quelques mois, auraient pu être beaucoup plus sanctionnés, que ce soient des aspects géopolitiques avec la Corée du Nord ou des problématiques politiques , le marché ne s’en est pas tropinquiété" malgré un léger impact sur l’euro, a commenté auprès de l’AFP Xavier de Buhren, gérant de fonds actions françaises chez Mirabaud Asset Management.

L’Europe a pressé lundi Madrid de trouver une solution à la crise en Catalogne, dont le président régional menace de déclarer unilatéralement l’indépendance, au lendemain du référendum marqué par des violences policières qui ont choqué l’opinion.

En dépit de cette actualité, qui a affecté la Bourse de Madrid, les investisseurs dans le reste de l’Europe partagent le sentiment que "les choses vont très bien du point de vue des données macroéconomiques", a-t-il complété.

"Les fondamentaux sont bons parce qu’on a une stabilité politique, une stabilité dans le rebond de l’euro et un pétrole qui est bien remonté dernièrement, autant d’éléments plutôt favorables d’un point devue conjoncturel", a détaillé M. De Buhren, précisant que le début du trimestre pouvait expliquer que la cote démarre doucement.

- Un secteur manufacturier solide -

Et les indicateurs publiés des deux côtés de l’Atlantique au cours de la séance n’ont pu que conforter cette opinion positive.

En France, l’activité dans le secteur manufacturier a connu une croissance vigoureuse en septembre, la plus forte depuis avril 2011, selon l’indice PMI du cabinet Markit, et a connula même trajectoire ascendante aux Etats-Unis, l’indice ISM manufacturier ayant augmenté de 2 points de pourcentage à 60,8% le mois dernier.

En zone euro, le taux de chômage est quant à lui resté stable en août et conforme aux attentes des analystes, à 9,1%.

Par ailleurs,les dépenses de construction aux Etats-Unis ont légèrement rebondi en août après deux mois de baisse.

En outre, selon M. De Buhren, "la réforme fiscale aux Etats-Unis continuait également à jouer" en faveur des marchés actions.

Sur le front des valeurs, les titres du secteur de l’énergie ont souffert dans le sillage d’une nette baisse des cours du brut lundi. Vallourec a perdu 3,58% à 4,85 euros tandis que Total a reculé de 0,46% à 45,24 euros, Rubis ayant lâché pour sa part 0,41% à 53,71 euros et GTT ayant fini stable (-0,01% à 46,00 euros).

Deson côté, CGG a perdu 2,77% à 4,57 euros. Les créanciers du groupe pétrolier français, très pénalisé par la chute des cours du pétrole, ont accepté le plan proposé dans le cadre du chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites.

Bic a décroché de 9,86% à 91,40 euros, pénalisé par un nouvel abaissement de son objectif annuel de croissance organique. Dans la foulée, le groupe a vu sa recommandation abaissée à "conserver" contre "acheter" auparavant par Société Générale.

Bonduelle a plongé pour sa part de 6,04% à 35,80 euros malgré une hausse de11,4% de son bénéfice net sur son exercice annuel décalé (2016/17), sur fond de prises de bénéfices. Le titre, qui avait gagné 44% depuis le début de l’année, a été abaissé à "accumuler" contre "acheter" auparavant par le courtier Gilbert Dupont.

DBV Technologies s’est apprécié à l’inverse de 5,82% à 74,52 euros, soutenu notamment par une note de JMP Securities, cité par Bloomberg News, qui juge les perspectives positives sur le marché des allergies aux arachides, un segment sur lequel le groupe est positionné avec son patch Viaskin Peanut.

STMicroelectronics a poursuivi sa hausse (+3,39% à 16,93 euros) après avoir réintégré le CAC 40 début septembre. Le titre a gagné plus de 55% depuis le début de l’année.

jra/soe/az

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.