La Bourse de Paris souffle à l’issue d’une séance peu animée (+0,06%)

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

2La Bourse de Paris souffle à l’issue d’une séance peu animée (+0,06%)2

L’indice CAC 40 a pris 2,89 points à 5.124,39 points, dans un volume d’échanges modéré de 3,5 milliards d’euros. La veille, il avait fini enhausse pour la septième séance d’affilée, avec une progression de 1,47%.

La cote parisienne a évité les grands mouvements tout au long de la séance.

"Le marché reprend un peu son souffle et manque de catalyseur pour aller dans un sens ou dans l’autre", explique Daniel Larrouturou, directeur général délégué de Diamand bleu Gestion.

Selon lui, le vote du Bundestag allemand sur le lancement des négociations sur un 3e plan d’aide à la Grèce était une "formalité" et le feu vert "totalement anticipé" par les marchés.

Le marché attendaitle vote de la chambre basse du Parlement allemand, le Bundestag, qui a donné à une large majorité leur feu vert à des négociations sur un troisième plan d’aide à la Grèce, de plus de 80 milliards d’euros.

Ce feu vert allemand était la dernière condition au début des négociations proprement dites sur le programme et la chancelière, Angela Merkel, et son ministre des Finances, Wolfgang Schäuble, étaient venus plaider avec force pour un "oui", la première arguant que l’alternative était d’aider à nouveau Athènes ou bien le "chaos assuré".

Après cette étape, la Grèce peut espérer remplir rapidement ses caisses, et elle a d’ailleurs annoncé la réouverture dès lundi des banques fermées depuis le 29 juin.

L’UE a en outre accordé un financement d’urgence de sept milliards d’euros à la Grèce, sous la forme d’un prêt qui permettra au pays de remplir une partie de ses engagements en attendant la mise en place d’un éventuel plan d’aide.

Sur le terrain des valeurs, Lafarge a perdu 1,31% à 64,08 euros. Le conseil d’administration du cimentier a indiqué que l’indemnité de départ de Bruno Lafont, PDG du groupe jusqu’à la fusion avec le suisse Holcim, s’élevait à près de 5,9 millions d’euros, alors que la CFTC, qui a relevé jeudi l’information, juge que "le système doit changer".

Etam a finalement profité de ventes en progression de 10,1% au deuxième trimestre, pourtant dueà la croissance des enseignes Etam et Undiz en France et un redressement des activités chinoises, en difficulté depuis 2012.

Après un début de séance difficile, Pierre et Vacances a rebondi (+2,22% à 32,20 euros) en dépit d’un chiffre d’affaires en baisse de 5,2% au troisième trimestre et d’un nouveau revers judiciaire pour le projet de Center Parcs de Roybon (Isère).

cc/cb/gib

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.