La Bourse de Paris souffle (+0,45%) après quatre séances de baisse

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

La Bourse de Paris souffle (+0,45%) après quatre séances de baisse

A 09H39 , l’indice CAC 40 progressait de 22,08 points à 4.946,97 points. La veille, ilavait fini en net recul de 1,21%.

En dépit du rebond des indices européens à l’ouverture, "il convient de rester très prudent à la veille d’un long week-end aux Etats-Unis (demi-séance vendredi à Wall Street, mais pas de Bourse jeudi)", a souligné dans une note Tangi Le Liboux, unstratégiste du courtier Aurel BGC.

"Le pétrole coule, Apple aussi, les relations entre les Etats-Unis et la Chine sont exécrables, Theresa May va encore devoir batailler pour définir les contours de la relation future entre l’UE et Bruxelles et l’Italie sera sous le feu des projecteursavant la publication du point de vue de la Commission européenne sur son budget", rejeté par Bruxelles le 23 octobre, a énuméré le spécialiste.

L’exécutif européen pourrait décider de lancer la première étape vers l’ouverture d’une "procédure pour déficit excessif", qui peutaboutir à terme à des sanctions financières.

Dans ce contexte, les perspectives économiques pour 2018-2019 que l’Italie doit publier ce mercredi seront particulièrement scrutées.

"A moins d’une bonne nouvelle sur le terrain politique, éventuellement un accord entre (les présidents américain et chinois) Trump et Xi la semaine prochaine, on voit mal ce qui pourrait permettre à l’indice parisien de sortir de sa tendance baissière", a estimé pour sa part Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.

Les développements autour du Brexit devraient également rester en ligne de mire, alors que la Première ministre britannique Theresa May est attendue mercredi à Bruxelles pour régler les derniers points en suspens du divorce du Royaume-Uni avec l’UE, à moins de cinq mois de la date fatidique de la séparation.

Cible d’une fronde dans sa majorité pour sa gestion du dossier, Mme May sera reçue à 17h30 (16H30 GMT) par le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, en amont du sommet spécial qui réunira dimanche les dirigeants des pays de l’UE.

Du côté des indicateurs, l’agenda sera essentiellement américain avec les commandes de biens durables et les reventes de logements pour octobre, les demandes hebdomadaires d’allocations chômage ou encore le rapport hebdomadaire sur les stocks de pétrole.

En outre, "les incertitudes entourant l’avenir de Renault continuent aussi de peser sur la tendance, en attendant de savoir qui sera nommé pour remplacer Carlos Ghosn et quelle sera la position du gouvernement français en tant qu’actionnaire", a observé M. Dembik.

- Renault remonte -

Pour l’heure, le titre Renault reprenait des couleurs(+2,30% à 59,70 euros), après avoir perdu plus de 9% depuis lundi. Le conseil d’administration du groupe a désigné mardi soir le numéro deux de l’entreprise, Thierry Bolloré, pour assurer l’intérim de Carlos Ghosn, qui reste pour l’instant PDG. La garde à vue de ce dernier, arrêté lundi àTokyo sur des soupçons de malversations, a été prolongée mercredi de dix jours.

Amundi profitait (+1,40% à 47,10 euros) de l’annonce mardi du lancement d’un programme de rachat d’actions portant sur un maximum de 2 millions de titres, représentant 1% du capital social, soit environ100 millions d’euros au cours actuel de l’action.

Orange grappillait 0,52% à 14,61 euros alors que l’opérateur historique va recruter 200 techniciens spécialisés dans le réseau cuivré et revoir son organisation afin de répondre aux critiques de l’Autorité de régulation des télécoms (Arcep), émises fin octobre, a annoncé mardi le PDG du groupe Stéphane Richard, interrogé par les Échos.

Visiativ montait de 1,44% à 12,66 euros après avoir annoncé qu’il allait renforcer ses activités de conseil à l’international avec l’acquisition prochaine d’une sociétéeuropéenne, non identifiée, réalisant un chiffre d’affaires de 5 millions d’euros.

jra/tq/mcj