La Bourse de Paris se stabilise (-0,01%) après l’euphorie Macron

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

La Bourse de Paris se stabilise (-0,01%) après l’euphorie Macron

A 10H05 , l’indice CAC 40 lâchait 0,38 point à 5.268,47 points. La veille, il avait décollé de 4,14%.

"L’effet Macron sur le marché ne va certainement pas durer aussi longtemps que l’effet Trump. La sur-réaction observée (lundi) devrait conduire ce mardi ou dans les jours prochains à des prises de bénéfices sur l’indice parisien et les valeurs bancaires en particulier",a commenté dans une note Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.

"Ce mouvement pourrait être entretenu par le calendrier économique, spécialement l’approche de la réunion de la Banque centrale européenne (BCE) qui, sans être à risque puisque le statu quo est attendu, pourrait créer un peu de volatilité", a-t-il complété.

"Les marchés estiment qu’il ne fait aucun doute qu’Emmanuel Macron deviendra (le nouveau) président français dans deux semaines", même s’ils oublient les défis auxquels devra faire face le futur chef d’Etat au moment de sa prise de fonction, et notamment celui de s’assurer une majorité législative, a estimé pour sa part Michael Hewson, un analyste de CMC Markets.

Emmanuel Macron, qui a remporté 24,01% des suffrages lors du premier tour, part favori dans la bataille pour le second tour de l’élection présidentielle française, le 7 mai, face à la dirigeante d’extrême droite anti-mondialisation Marine Le Pen, qui a réuni 21,30% des voix.

Accueillant très chaleureusement ce résultat jugé rassurant pour les marchés, la cote parisienne a clôturé en hausse de plus de 4% lundi, signant de nouveaux plus hauts depuis janvier 2008.

Mais "la campagne pour le second tour pourrait passer en arrière-plan jusqu’à la semaine prochaine (peut-être jusqu’au débat du mercredi 3 mai). En effet, l’actualité américaine est chargée cette semaine" avec le projet de loi promis mercredi par la Maison Blanche sur la réforme du taux d’imposition des entreprises et avant la publication vendredi de la première estimation du PIB américain au premier trimestre, ont rappelé les stratégistes du courtier Aurel BGC.

Du côté des indicateurs, l’agenda sera surtout américain ce mardi avec les ventes de logements neufs en mars et la confiance des consommateurs du Conference Board pour le mois d’avril.

En France, le climat des affaires est resté stable en avril, se maintenant au-dessus de sa moyenne de long terme et progressant uniquement dans le secteur de l’industrie, a annoncé mardi l’Insee.

- Christian Dior s’envole -

Sur le front des valeurs, LVMH grimpait de 2,93%à 221,00 euros alors que le numéro un mondial du luxe a annoncé qu’il souhaitait acquérir la société Christian Dior Couture pour 6,5 milliards d’euros. L’action Christian Dior s’appréciait quant à elle de 11,79% à 253,60 euros.

Hermès, dans le sillage de cette même annonce, plongeait en revanche de 6,09% à 433,35 euros car l’opération de rachat de Christian Dior Couture sera financée partiellement par un échange d’actions Hermès.

Futuren : la cotation du titre était suspendue après qu’EDF Energies Nouvelles, entité de l’électricien dédiée aux énergiesrenouvelables, a annoncé vouloir prendre le contrôle de l’exploitant de parcs éoliens en rachetant la participation du concert d’actionnaires majoritaires.

Plastic Omnium progressait de 3,12% à 35,69 euros grâce à une acquisition et au succès de ses produits en Amérique du Nord eten Asie, l’équipementier français ayant publié un chiffre d’affaires en hausse de 32,8% pour le premier trimestre, à 2,04 milliards d’euros.

Essilor profitait (+0,38% à 118,20 euros) de l’annonce de ventes en forte hausse au premier trimestre, ayant notamment bénéficié d’effets depérimètre et de change favorables, et de la confirmation de ses objectifs annuels.

PSA reculait en revanche de 1,83% à 18,83 euros alors qu’après Volkswagen, Renault et Fiat-Chrysler, le constructeur français est à son tour visé par une enquête des juges d’instruction sur des soupçons de "tromperie" dans les dispositifs de contrôle aux émissions polluantes de véhicules diesel.

Atos lâchait 1,78% à 116,05 euros après la publication lundi d’un chiffre d’affaires en progression de 2% au premier trimestre, à 3,11 milliards d’euros, et le relèvement de ses objectifs pour 2017.

Vivendi perdait 1,15% à 18,55 euros. Deux sociétés de conseil ont recommandé de voter contre une quinzaine de résolutions présentées par Vivendi à l’assemblée générale de ses actionnaires qui se tient ce mardi, estimant que la gouvernance du groupe de médias s’était détériorée depuis l’arrivée de Vincent Bolloré à sa tête.

ID Logistics gagnait 1,89% à 139,59 euros, bénéficiant de l’annonce lundi d’un chiffre d’affaires en hausse de 45,3% au premier trimestre, à 321,9 millions.

jra/fka/ggy

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.