La Bourse de Paris se maintient dans le vert (+0,13%) avec l’aide de la BCE

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

2La Bourse de Paris se maintient dans le vert (+0,13%) avec l’aide de la BCE2

A 09H18 , l’indice CAC 40 prenait 6,10 points à 4.741,58 points. La veille, il avait fini en hausse de 0,87%.

La Banque centrale européenne (BCE) a annoncé jeudi, à l’issue de sa réunion, son intention de prolonger d’au moins neuf mois, jusqu’à fin 2017, son programme de soutien à l’économie mais en réduisant ses achats d’actifs à 60 milliards d’euros par mois contre 80 milliards actuellement.

Au final, le président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, "a réussi à faire passer un tapering (réduction progressive du montant des achats, NDLR) sans affoler le marché", ont résumé les analystes de Natixis.

Du coup, il n’y a"plus d’incertitude" sur ce sujet et les investisseurs n’ont "plus à se poser la question avant la fin de l’année prochaine" puisque d’ici là, le programme de soutien poursuit sa course, ont-ils ajouté.

"La BCE invente le +tapering+ qui ne dit pas son nom !", ont également observé les analystes d’Aurel BGC.

L’institution "a plutôt choisi de procéder à une baisse par palier, ce qui est très habile car elle instille l’idée du +tapering+, tout en promettant que ce n’est pas le cas de manière à minimiser l’impact sur les marchés (...). Le stratagème de la BCE estefficace !", ont-ils complété.

Du côté des indicateurs, l’agenda compte plusieurs rendez-vous, dont l’effet pourrait être cependant limité sur les marchés.

L’Allemagne a publié avant l’ouverture un excédent commercial en recul en octobre. Sa banque centrale présentera aussi ses nouvelles prévisions sur la croissance du pays.

La Banque de France a pour sa part abaissé ses prévisions de croissance pour la France à 1,3% en 2016 et 2017, puis à 1,4% en 2018, en raison principalement d’une "dégradation de l’environnement international".

La production industrielle française a quant à elle de nouveau reculé de 0,2% en octobre, après avoir baissé de 1,4% en septembre.

En Chine, les prix à la production ont bondi en novembre, confirmant la fin de la déflation du secteur industriel après quatre ans de repli, grâce au renchérissement du charbon et à la baisse du yuan, mais sur fond de demande très volatile.

Aux Etats-Unis, la confiance des consommateurs en décembre (Université du Michigan) est attendue.

En termes de valeurs, Elior Group profitait (+4,01% à 20,34 euros) d’un bénéfice net enhausse de 26,2% pour son exercice décalé 2015/16, atteignant ses objectifs, alors que le groupe s’est dit "confiant" dans ses perspectives à plus long terme.

Gemalto bénéficiait (+3,08% à 50,75 euros) de l’annonce de l’acquisition des activités de biométrie de 3M pour 850 millionsde dollars US.

Pernod Ricard montait de 0,71% à 99,09 euros après avoir annoncé sa prise de contrôle de Smooth Ambler, une distillerie de bourbons haut de gamme en Virginie (sud des Etats-Unis).

Orange perdait 1,27% à 13,56 euros. Le groupe serait intéressé par un rachat du groupe de TV payante Canal+, filiale de Vivendi, s’il était mis en vente, a indiqué jeudi le patron de l’opérateur télécoms Stéphane Richard, cité par Les Echos.

abx/jra/ggy

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.