La Bourse de Paris s’offre un répit (-0,09%) au milieu des doutes commerciaux

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

La Bourse de Paris s’offre un répit (-0,09%) au milieu des doutes commerciaux

A 09H08 , l’indice CAC 40 perdait 4,94 points à 5.255,28 points. La veille, il avait fini en net recul de 1,54%, à son plus bas niveauen clôture depuis trois mois.

"C’est une séance qui sera essentiellement dominée par l’agenda américain avec la thématique des mesures protectionnistes qui reste toujours en ligne de mire, mais aussi plusieurs statistiques américaines de premier plan qui permettront d’affiner le diagnostic économique pour le troisième trimestre", a souligné Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.

"Le bond du déficit commercial américain à 50,1 milliards de dollars semble avoir convaincu les marchés que la perspective de taxes douanières supplémentaires est quasiment inévitable", a estimé Michael Hewson, un analyste de CMC Markets.

Et selon Chris Weston, un analyste de Pepperstone, "l’humeur dans les salles de marché reste morose, peu d’investisseurs semblant prêts à prendre des risques".

Les investisseurss’inquiètent en particulier des nouvelles taxes envisagées par Donald Trump sur 200 milliards de dollars supplémentaires de biens chinois qui pourraient entrer en vigueur dès jeudi.

L’administration Trump va par ailleurs poursuivre jeudi ses tractations avec le Canada pour tenter de trouver un compromis sur l’accord de libre-échange nord-américain (Aléna).

Du côté des indicateurs, l’agenda est assez fourni aux États-Unis où les demandes hebdomadaires d’allocation chômage, l’indice d’activité dans le secteur des services (ISM) en août et le niveau hebdomadairedes stocks de pétrole sont attendus.

Avant l’ouverture, l’Allemagne a publié ses commandes industrielles pour juillet, marquées par un nouveau recul, là où les analystes tablaient sur un rebond.

- Safran en tête du CAC 40 -

Sur le terrain des valeurs, Safran prenait la tête de l’indice CAC 40 avec une hausse de 4,58% à 114,10 euros, bénéficiant du relèvement de ses perspectives 2018 de chiffre d’affaires et de résultat opérationnel courant après un premier semestre, marqué par une croissance de toutes ses activités, notamment de propulsion.

Altran perdait 2,22% à 9,03 euros après l’annonce d’un bénéfice net en chute de 82,6% au premier semestre 2018, après l’acquisition du groupe américain Aricent.

Sodexo ne profitait pas pour sa part (-1,45% à 88,28 euros) de l’annonce de sa volonté de vouloir multiplier par deux la croissance interne de son chiffre d’affaires "d’ici l’exercice 2019-2020" et tabler ensuite sur une marge d’exploitation "supérieure à 6%".

Bourbon perdait 4,90% à 4,57 euros, fragilisé par le creusement de sa perte au premier semestre dans un marché toujours difficile en attendant une reprise des investissements de ses clients l’an prochain.

Boiron reculait de 4,11% à 63 euros. Christian Boiron, emblématique directeur général du géant français de l’homéopathie, a annoncé mercredi son départ au 1er janvier 2019, alors que le groupe familial est en difficulté, sur fond de relance du débat sur l’homéopathie en France.

Wendel refluait de 0,80% à 123,50 euros, sous le coup d’une perte nette de 900.000 euros sur le premier semestre, due à des éléments non récurrents, et ce malgré une meilleure contribution de ses filiales en cours de remaniement.

Jacquet Metal Service prenait 2,06% à 24,75 euros, soutenu par des résultats en nette hausse au deuxième trimestre, dans la continuité des trois mois précédents, portés par une progression de ses volumes et de ses prix de vente.

Interparfums grappillait 0,13% à 39,85euros après des résultats légèrement supérieurs aux attentes au premier semestre, sans relever pour autant son objectif de rentabilité.

abx/ef/spi