La Bourse de Paris s’enhardit, rassurée notamment par la BCE (+0,58%)

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

La Bourse de Paris s’enhardit, rassurée notamment par la BCE (+0,58%)

L’indice CAC 40 a pris 29,59 points à 5.121,44 points dans un volume d’échanges modéré de 3,15 milliards d’euros. La veille, l’indiceavait fini en baisse de 0,18%.

La cote parisienne avait pourtant ouvert en repli, inquiète après la publication par la Réserve fédérale américaine du compte-rendu de sa dernière réunion, lors de laquelle elle a débattu de la réduction de son bilan, composé d’actifs rachetés enmasse pour soutenir l’activité.

"Cela a un peu inquiété les indices européens qui ont ouvert en forte baisse ce matin, se posant la question de savoir si la BCE allait s’aligner ou pas sur la Fed", relève auprès de l’AFP Florence Barjou, responsable de la gestion multi-actifs chez Lyxor.

Mais l’indice phare de la place de Paris a ensuite repris progressivement des couleurs, rasséréné par des propos du président de la BCE sur la poursuite de la politique accommodante en zone euro. Lors d’une conférence à Francfort ce jeudi, Mario Draghi a en effet affirmé que son institution n’avait pas l’intention de relever ses taux d’intérêts avant la fin de son programme d’achats d’actifs.

Par ailleurs, note Mme Barjou, le marché continuait de bénéficier d’un "retour en grâce des actions européennes depuis le mois de mars, avec une meilleure performance de l’Europe au détriment des Etats-Unis".

Pour cela, Mme Barjou distingue plusieurs raisons. D’une part, "des fondamentaux économiques qui s’améliorent en Europe, ce qui se voit clairement dans les profits des entreprises".

D’autre part, "les marché européens restent moins valorisés que les marchés américains", ajoute-t-elle.

Enfin, explique Mme Barjou, les investisseurs étaient également attentifs aux difficultés du président américain Donald Trump, qui ne semble pas "avoir les mains aussi libres que ne l’attendaient les marchés", avec à la clef des doutes sur la mise en place de la réforme fiscale promise par le président.

Du côté des indicateurs, l’agenda était relativement peu fourni. Aux Etats-Unis, les inscriptions hebdomadaires au chômage ont chuté plus fortement que prévu, a indiqué jeudi le ministère du Travail.

En Allemagne, les commandes passées à l’industrie ont rebondi de 3,4% sur un mois.

Sur le front des valeurs, Mercialys a fini en tête de l’indice élargi SBF 120 grâce à un relèvement de recommandation à "neutre" contre "sous-performer" auparavantpar Exane.

Total a terminé bien orienté (+1,10% à 48,53 euros) après avoir cosigné avec le groupe ENI un contrat d’exploration d’hydrocarbures au large de la République de Chypre en Méditerranée orientale. La plupart des titres liés au secteur pétrolier ont aussi fini en hausseà l’image de TechnipFMC (+1,60% à 31,81 euros), Vallourec (+1,36% à 6,54 euros) et Maurel et Prom (+1,19% à 3,39 euros). En revanche CGG a cédé 1,80% à 6,53 euros.

lem/fpo/gib

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.