La Bourse de Paris s’élève encore (+0,33%)

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

La Bourse de Paris s’élève encore (+0,33%)

L’indice CAC 40 a progressé de 17,94 points à 5.423,47 points, dans un volume d’échanges peu étoffé de 2,9 milliards d’euros. La veille, il avait fini en hausse de 1,03%.

La cote parisienne a débuté juste au-dessus de l’équilibre et des 5.400 points, avant de gagner un peu de hauteur au cours de la séance.

"C’est une journée très calme", a souligné auprès de l’AFP Cédric Besson,gérant et conseiller du président chez Gaspal Gestion.

"Nous sommes depuis le début de l’année sur des volumes d’échanges très faibles", selon lui, la hausse du jour s’inscrivant dans la continuité de celle de la veille, "après des chiffres chinois qui ont rassuré".

Laprogression enregistrée par l’activité manufacturière en Chine en mars, qui a atteint son meilleur rythme en huit mois, a offert une bouffée d’optimisme à toutes les places mondiales.

Sur le front des négociations commerciales, "nous n’avons pas d’élément supplémentaire depuis ceweek-end" et les investisseurs sont "toujours dans l’expectative", a poursuivi M. Besson, ces derniers "considérant qu’il est temps que la Chine et les Etats-Unis se mettent à table car les élections américaines de 2020 approchent".

Les discussions entre les deux pays doivent reprendreà Washington le 3 avril, et selon le président américain Donald Trump, elles "se passent très bien" jusqu’ici.

La croissance du commerce mondial de marchandises devrait ralentir en 2019, pour tomber à 2,6%, a prévenu mardi le chef de l’OMC, estimant qu’il est "de plus en plus urgent" de résoudre les "tensions" commerciales.

Le FMI a de son côté écarté une récession mondiale "à court terme" bien que la croissance globale continue de ralentir en raison des tensions commerciales et des conditions financières moins favorables.

"En fait, nous nous attendons à un rebond de la croissance au cours de la seconde moitié de 2019 et en 2020", a déclaré sa directrice générale Christine Lagarde. "Mais que les choses soient claires : le rebond attendu plus tard cette année est fragile", a-t-elle insisté.

Les investisseurs continuaientégalement à garder un oeil sur le Royaume-Uni, toujours dans l’impasse à dix jours de sa sortie de l’Union européenne, après le rejet lundi soir par les députés britanniques de toutes les alternatives proposées à l’accord de Brexit du gouvernement.

Ce dernier tenait mardi une réunion de crise pour tenter d’éviter un divorce sans accord le 12 avril, un scénario redouté qui devient "chaque jour plus probable", a prévenu le négociateur de l’Union européenne Michel Barnier.

"Le +no deal+ n’est toujours pas pris en compte par le marché qui considère encore quenous auront un +soft+ Brexit mais rien n’est moins sûr" car "à ce jour, l’Europe ne l’a pas accepté", a estimé M. Besson.

Emmanuel Macron a d’ailleurs refusé mardi que l’Union européenne soit "durablement otage" de la crise politique au Royaume-Uni et martelé que faute de présenterun "plan alternatif crédible d’ici le 10 avril", Londres "aura de facto choisi de lui-même de sortir sans accord".

Du côté des indicateurs, les commandes industrielles de biens durables aux Etats-Unis ont reculé plus que prévu en février, tombant dans le rouge pour la première fois en quatre mois.

Le marché automobile allemand a pour sa part enregistré en mars une légère baisse (-1%) sur un an des immatriculations de voitures neuves, dans un contexte de ralentissement économique.

- L’automobile mène la danse -

En matière de valeurs, Latécoère a profité à plein (+7,99% à 3,38 euros) de l’annonce par le fonds d’investissement Searchlight de la conclusion d’un accord de rachat des 26% de l’équipementier aéronautique détenus par trois autres fonds, Apollo, Monarch et CVi Partners, au prix de 3,85 euros paraction.

Vallourec a bénéficié (+2,71% à 2,19 euros) du relèvement de sa recommandation à "acheter", contre "vendre" auparavant, par Société Générale.

Le secteur automobile a poursuivi sa hausse, profitant du regain d’optimisme autour de la demande chinoise. Faurecia a gagné 3,37% à 41,43 euros, Plastic Omnium s’est apprécié de 2,87% à 25,47 euros tandis que Valeo a pris 2,80% à 28,24 euros et qu’ALD a progressé de 3,44% à 13,22 euros. Peugeot (+1,68% à 23,03 euros) et Renault (+0,97% à 61,24 euros) ont également fini bien orientés.

Par ailleurs, l’avocat japonais de Carlos Ghosn - le bâtisseur de l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi Motors - a déposé mardi une requête écrite au tribunal de Tokyo afin que son client soit jugé séparément de Nissan, inculpé dans l’affaire mais virulent pourfendeur de son ancien patron.

Thales a reculé de 0,92% à 108,15 euros après avoir finalisé l’acquisition du fabricant de cartes à puces Gemalto.

EDF a gagné 1,22% à 12,48 euros. Le groupe a annoncé mardi la création d’une filiale dédiée à la production et à la commercialisation de l’hydrogène "bas carbone" pour l’industrie et les transports.

jra/tq/eb