La Bourse de Paris reprend un peu de hauteur (+0,21%) en attendant Wall Street

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

La Bourse de Paris reprend un peu de hauteur (+0,21%) en attendant Wall Street

A 09H00 , l’indice CAC 40 prenait 11,79 points à 5.521,48 points. La veille, il avait fini en très légère baisse de 0,13%.

Wall Street rouvrira ses portes dans l’après-midi après un long week-end de trois jours.

"Les volumes devraient revenir à la normale à la faveur du retour des investisseurs américains" et nous pouvons "compter sur le fait que de bons résultats trimestriels américains viennent soutenir la tendance de fond des indices, comme ce fut le cas la semaine passée", a estimé Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.

"Cependant, en Europe, la poursuite de la hausse de l’euro, qui reste bien ancré au-dessusdes 1,22 pour un dollar, pourrait limiter l’appréciation", a-t-il poursuivi en ajoutant toutefois "que la hausse de l’euro est un mouvement de fond, lié à l’excédent commercial de la zone euro, mais qui reflète surtout l’affaiblissement généralisé du dollar américain depuis déjà plusieurstrimestres".

A l’ouverture des marchés européens, l’euro se stabilisait face au dollar, après avoir atteint lundi un sommet en un peu plus de trois ans.

Pour les experts de Mirabaud Securities Genève, "aujourd’hui, c’est l’inflation en Allemagne et en Grande-Bretagne (décembre)" que les investisseurs analyseront".

L’ouverture positive des indices européens est aussi l’anticipation d’une bonne tendance des places américaines alors que "rien ne semble perturber le long fleuve tranquille des marchés Outre-Atlantique...", ont-ils également souligné.

Publiée avant l’ouverture des marchés, l’inflation en Allemagne s’est bien élevée à 1,7% en décembre sur un an, décélérant légèrement par rapport à novembre, selon des chiffres définitifs de l’office fédéral des statistiques Destatis.

Les chiffres d’inflation britanniquesont attendus plus tard dans les matinée.

En France les créations d’entreprises ont augmenté de 6,7% sur l’ensemble de l’année 2017 et le déficit du budget de l’Etat s’est réduit de 1,5 milliard d’euros l’an dernier par rapport à 2016.

Outre-Atlantique l’activité industrielle dans la région de New York en janvier est également à l’agenda des indicateurs.

En matière de valeurs, Peugeot gagnait 0,64% à 17,97 euros, soutenu par une progression de ses ventes unitaires de 15,4% au niveau mondial en 2017 grâce à l’arrivée d’Opel/Vauxhall dans le périmètre et à la forme de Peugeot, même si le constructeur a subi un important revers en Chine et Asie du Sud-Est (-37,4%).

Renault prenait pour sa part 0,73% à 89,20 euros.

Veolia Environnement évoluait à l’équilibre (+0,05% à 20,59 euros). Le siège du géant français de lagestion de l’eau et des déchets a été perquisitionné la semaine dernière dans le cadre d’une enquête transnationale sur des soupçons de corruption visant sa filiale roumaine, a annoncé le groupe lundi.

CGG faisait un bond de 12,63% à 5,06 euros à la faveur d’un chiffre d’affairesen hausse de 10% sur l’exercice 2017 et d’une prévision de rentabilité opérationnelle améliorée sur la période.

Vicat souffrait (-3,32% à 67 euros) d’un abaissement de sa recommandation à "réduire" par Kepler Cheuvreux.

A l’inverse, Scor bénéficiait (+1,39% à 36,40 euros) d’un relèvement de la sienne par RBC.

EDF prenait 0,91% à 10,49 euros alors que le gendarme de l’énergie a recommandé lundi d’augmenter en moyenne de 0,8% les tarifs réglementés de vente d’électricité appliqués à environ 27 millions de consommateurs, du fait d’évolutions récentes d’éléments entrant dans la composition de ces tarifs.

abx/as/nas