La Bourse de Paris reprend des couleurs (+0,40%) après un lundi morose

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

La Bourse de Paris reprend des couleurs (+0,40%) après un lundi morose

L’indice CAC 40 a pris 21,15 points à 5.261,74 points dans un volume d’échanges de 3 milliards d’euros. La veille, il avait fini en baisse de 1,12%.

La cote parisienne a ouvert dans le vert, accentuant légèrement ses gains en cours de journée alors que les investisseurs reprenaient goût pour les actions.

"Le marché a rattrapé une partie du terrain perdu le jour précédent grâce au rebond des valeurs technologiques, qui retrouvent des couleurs", explique à l’AFP Daniel Larrouturou, directeur général délégué de Diamant bleu Gestion.

"Il y a un mouvement un peu plus favorable au risque", ajoute-t-il, avec "probablement une ré-allocation d’actifs en faveur des actions".

Les investisseurs sont tournés vers les Etats-Unis, où se terminera mercredi une réunion de deux jours du comité de politique monétaire de la Fed.

A cette occasion, les marchés anticipent une nouvelle hausse des taux d’intérêt, la troisième depuis l’élection de Donald Trump à la présidence américaine, et ce même si l’économie du pays a donné récemment des signes d’essoufflement.

Alors qu’elle s’acheminait vers l’objectif de 2% que la Fed estime sain pour l’économie, la hausse des prix est en effet redescendue à 1,7% sur un an en avril.

"La hausse destaux d’intérêt est déjà prise en compte par les marchés, mais ceux-ci suivent également les éléments de langage de la Fed", commente M. Larrouturou. "Le marché va savoir si la Fed a intégré le ralentissement temporaire dans sa décision", poursuit le spécialiste.

- Inflation britannique -

Les investisseurs ont par ailleurs eu des statistiquesà digérer, dont le moral des investisseurs en Allemagne, qui a chuté en juin selon le baromètre ZEW.

Au Royaume-Uni, l’inflation a accéléré à 2,9% en mai sur un an, son plus haut niveau en quatre ans.

Aux Etats-Unis, les prix à la production ont stagné en mai, comme s’yattendaient les analystes.

Enfin, l’Opep a indiqué dans un rapport que les stocks mondiaux de pétrole devraient continuer à se dégonfler au second semestre de 2017, même si celui-ci se fera à un rythme plus lent que prévu.

Sur le front des valeurs, le secteur technologique a regagné du terrain, à l’image d’Atos (+1,20% à 126,30 euros) ou de CapGemini (+1,12% à 92,24 euros).

Publicis a été soutenu (+2,68% à 67,02 euros) par un début de suivi à "acheter" par UBS.

Remy Cointreau a profité (+3,59% à 103 euros) d’une opération de refinancement de dette d’Orpar, holding de la famille Dubreuil qui contrôle le groupe de spiritueux, qui a émis des obligations échangeables en actions de la société.

Renault a à l’inverse reculé de 2,70% à 83,68 euros. L’alliance Renault-Nissan a réagi mardi à des informations de presseselon lesquelles elle réfléchirait à un système de bonus supplémentaires pour ses dirigeants, dont le PDG de Renault Carlos Ghosn, à travers une société dédiée aux Pays-Bas, une information non fondée selon un porte-parole de la structure.

lem/fka/tes

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.