La Bourse de Paris reprend de la hauteur et suit de près le Brexit et le commerce (+0,83%)

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

La Bourse de Paris reprend de la hauteur et suit de près le Brexit et le commerce (+0,83%)

A 09H22 , l’indice CAC 40 prenait 46,79 points à 5.689,87 points. La veille, il avait fini en recul de 0,40%.

"Qu’il s’agisse des négociations sino-américaines ou du Brexit, il n’y a toujours rien de concret à mettre en avant, ce qui n’empêche pas les marchés actions de conserver un biais haussier", a noté Tangi Le Liboux, un stratégiste du courtier Aurel BGC.

Donald Trump a annoncévendredi soir un accord commercial partiel mais "très important" avec la Chine, portant sur des achats agricoles substantiels par Pékin, la propriété intellectuelle et les services financiers.

En échange, la Chine a obtenu le renoncement à l’augmentation de 25% à 30% des tarifs douaniers punitifs sur 250 milliards de dollars d’importations chinoises aux États-Unis, qui devait entrer en vigueur mardi.

La signature devrait intervenir mi-novembre au Chili, a affirmé lundi le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin.

"Rappelons ici qu’à part la promesse de ne pas relever les tarifs américains sur 250 milliards de biens chinois le 15 octobre et les promesses chinoises d’acheter des produits agricoles américains en +masse+, le reste de +l’accord+ reste très flou", ont souligné les expert de Mirabaud Securities Genève.

Et de s’interroger : "la phase 1 comme l’appelle Donald Trump a-t-elle réellement débuté ? La question mérite d’être posée".

L’autre gros sujet d’interrogation des investisseurs reste le Brexit. Malgré les derniers signaux positifs, la négociation est encore loin d’être achevée et les tractations les plus intenses portent sur le moyen d’éviter un retour à une frontière physique entre la province britannique d’Irlande du Nord et la République d’Irlande, membre de l’UE.

En attendant d’y voir plus clair sur ces deux dossiers, les investisseurs prendront connaissance des nouvelles prévisions du FMI en début d’après-midi.

Les résultats pour le 3e trimestre des géants bancaires américains, à la mi-journée, seront également particulièrement scrutés.

Du côté des indicateurs, en septembre l’inflation en Chine a atteint, en rythme annuel, son niveau le plus élevé depuis six ans. En France, l’inflation a ralenti et les créations d’entreprises ont rebondi de 4,2% pour le même mois.

Le baromètre ZEW de la confiance des milieux financiers allemands en octobre est également à l’agenda, tout comme l’indice d’activité manufacturière de la région de New York (Empire State) pour le même mois.

- Arkema recherché -

Sur le terrain des valeurs, Arkema prenait la tête de l’indice SBF 120 (+3,39% à 87,96 euros) profitant de l’annonce de la cession d’une activité de polymères, "Polyoléfines Fonctionnelles", au groupe coréen SK Global Chemical.

A l’autre extrémité, Remy Cointreau perdait 2,20% à 124,20 euros, pénalisé par un abaissement de sa recommandation à "neutre" par Berenberg.

Vinci refluait de 0,22% à 98,94 euros, après l’abaissement de la sienne à "neutre" par HSBC.

Bouygues montait à l’inverse (+1,49% à 38,90 euros) grâce à une recommandation portée à "acheter" par HSBC.

Publicis reculait de 0,64% à 37,02 euros. Le groupe a remporté une part importante du budget média mondial du géant américain Disney, selon une note interne consultée lundi par l’AFP, quatre jours après avoir dû revoir à la baisse ses prévisions de croissance en raison de ses résultats aux États-Unis.

Eurogerm bénéficiait (+2,13% à 28,80 euros) de l’annonce de la cession de l’une de ses filiales à Nutrisens, un spécialiste de l’alimentation des personnes malades ou très âgées.

M6 gagnait 0,72% à 15,31 euros. Le groupe a été victime samedi d’une attaque informatique par rançongiciel, qui n’a pas entravé la diffusion des programmes, mais a entraîné la mise à l’arrêt des postes de bureautique, a appris lundi à l’AFP une source interne au groupe.

abx/tq/mcj