La Bourse de Paris reprend quelques couleurs (+0,26%), les yeux tournés vers la Fed

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

La Bourse de Paris reprend quelques couleurs (+0,26%), les yeux tournés vers la Fed

A 09H17 , l’indice CAC 40 prenait 13,97 points à 5.487,75 points. La veille, il avait fini en repli de 0,87%.

"La nervosité des marchés boursiers s’est poursuivie hier avec une nouvelle baisse importante de Wall Street pour le second jour consécutif", qui s’est propagée aux marchés européens, a relevé dans une note Michael Hewson, un analyste de CMC Markets.

Un mouvement qui estnotamment à mettre au compte d’une forte remontée des taux d’intérêt des deux côtés de l’Atlantique avec un nouveau plus haut en plus de trois ans atteint mardi par le rendement américain à dix ans.

Dans ce contexte, les investisseurs seront particulièrement attentifs aux conclusions de la réunion monétaire de deux jours de la Réserve fédérale américaine (Fed), qui s’achève ce mercredi avec un communiqué, mais sans conférence de presse, attendu à 19H00 GMT.

"Bien qu’aucun changement au niveau des taux ne soit attendu et qu’il n’y ait pas de conférence de presse, cette réunion revêt une importance particulière" puisqu’il s’agit de la dernière réunion présidée par Janet Yellen, a observé Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.

"Fondamentalement, il ne faut pas s’attendre à une révolution, simplement à la confirmation du diagnostic économique posé par la banque centrale ces derniers mois. Un ton un peu plus offensif aura pour conséquence immédiate de renforcer les attentes de hausse des taux en mars qui sont déjà élevées au regard du marché (93% des opérateurs s’attendent à un durcissement monétaire)", a-t-il complété.

Quant au discours sur "l’état de l’Union" prononcé sur un ton plutôt conciliant mardi par Donald Trump face au Congrès, il s’est avéré pauvre en détails ou en annonces, si ce n’est que le président américain a appelé de ses voeux ungrand plan d’investissement de 1.500 milliards de dollars pour développer les infrastructures aux Etats-Unis.

- Inflation en zone euro -

La séance du jour s’annonce par ailleurs chargée sur le front des indicateurs avec les chiffres du chômage pour décembre et de l’inflation pour janvier en zone euro.

En France, les prix à la consommation ont augmenté de 1,4% en janvier sur un an, soutenus par l’accélération de la hausse des prix des services et de l’énergie.

L’activité manufacturière chinoise s’est pour sa part vivement essoufflée en janvier, selon un indice gouvernemental publié mercredi.

Outre-Atlantique sont aussi attendus les chiffres ADP de l’emploi dans le secteur privé pour janvier, avant le rapport officiel de vendredi.

Les investisseurs prendront enfin connaissance, toujours aux Etats-Unis, de l’activité économique dans la région de Chicago pour ce même mois, des promesses de vente de logements pour décembre et des stocks hebdomadaires de pétrole brut.

Sur le front des valeurs, ArcelorMittal se repliait de 0,78% à 29,34 euros alors que le géant mondial de la sidérurgie a multiplié par 2,5 son bénéfice net en 2017, à 4,6 milliards de dollars, à la faveur d’un retour à une conjoncture favorable pour l’acier, selon des chiffres publiés mercredi.

De son côté, Aperam progressait de 2,16% à 47,36 euros après que le producteur d’acier inox, détenu majoritairement par la famille Mittal, a publié mardi un bénéfice net en hausse de près de 70% en 2017 et annoncé une hausse du dividende et un programme de rachat d’action.

JCDecaux gagnait 1,07% à 35,78 euros, fort d’un chiffre d’affaires annuel 2017 record de 3,47 milliards d’euros, renforcé par un quatrième trimestre meilleur qu’attendu.

Total s’adjugeait 0,39% à 46,68 euros alors que le groupe pétrolier a annoncé mercredi une "découverte majeure" dans les eaux profondes du Golfe du Mexique dans le cadre de son accord avec Chevron, sur le puits d’exploration de Ballymore, dans l’est de la zone.

Sequana bondissait de 11,21% à 0,87 euros après l’annonce mardi que sa filiale Arjowiggins est entrée en "négociations exclusives" avec la société d’investissement Blue Motion Technologies Holding, pour lui céder ses activités liées à la fabrication de papier pour billets de banque.

Manitou montait de 6,87% à 33,45 euros, profitant d’un chiffre d’affaires 2017 en hausse de 19%, en ligne avec ses objectifs, et alors qu’il table sur une hausse de 10% de ses ventes cette année.

Fleury Michon montait de 2,81% à 51,20 euros malgré une légère baisse de ses ventes en 2017, imputable à ses produits vendus dans les grandes surfaces françaises.

Partouche ne bénéficiait pas en revanche (-1,10% à 35,80 euros) de l’annonce mardi d’un bénéfice net annuel plus que triplé, à 37,4 millions d’euros, tiré notamment par la cession d’une filiale, ce qui lui a permis de se dire confiant pour 2018.

jra/ef/spi